Antonini, Annibale  
Recueil De Lettres Françoises, Et Italiennes De Bienseance Et Marchandes, Pour Ceux Qui Souhaitent D'Aprendre A Bien Ecrire En Italien, Selon Les Bons Principes Et La Nouvelle Ortographe: Avec Un Abrégé Sur La Maniére De Garder Le Ceremonial, Et De Dresser Les Lettres, Selon Le Stile Le Plus Moderne Des Italiens — Basle, 1768 [VD18 12073032]

Seite: 160
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/antonini1768/0194
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
ióo Fer/rer Fmui/Lrci ^

LXXXIX.

TYOus avés raison, Moniìeur, de soute-
v nirqu'iin'y a rien de pius important
pour ia sbciété des hommes , que de tenir
les paroies que i'on doline. Cette bonne
foi nous he ies uns aux autres , & fait
iubiüfcr un commerce qui eA il néces-
saire a ia vie. Mais, Monilcur, parions
de ia probité comme de toutes ies vertus,
& mettons-ia , sai vous piait, dans un mi-
lieu louable entre deux extrémités vicicu-
ses. Oui , ii faut éa*e reiigieux a garder
la foi ; mais ii ne faut pas aiier juiqu'a ia
superrfition. Approuveras - vous les ioix
des anciens Romains , qui ordonuoient
que ies débiteurs s'acquitteroieut envers
leurs créanciers, en quelque misére que ia
fortune ies eût réduits par quelque embra-
sement , par un débordement de rivière,
ou par !e ravage d'une armée ennemie ?
Un malheureux qui a voit perdu tout son
bien , n'étoit - ii pas ailés à plaindre , sans
qu'il devint i'esclave de i'homme, à qui il
étoit dans l'impuissmee de p icr de l'argent
qu'ii devoit? C'eif une étrange rigueur que
d'ôter ia iiberté à uneperibnne, à qui ii ne
reife que ce scul bien. La Morale Chré-
tienne eif trop humaine pour autoriier cette
ti-
loading ...