Antonini, Annibale  
Recueil De Lettres Françoises, Et Italiennes De Bienseance Et Marchandes, Pour Ceux Qui Souhaitent D'Aprendre A Bien Ecrire En Italien, Selon Les Bons Principes Et La Nouvelle Ortographe: Avec Un Abrégé Sur La Maniére De Garder Le Ceremonial, Et De Dresser Les Lettres, Selon Le Stile Le Plus Moderne Des Italiens — Basle, 1768 [VD18 12073032]

Seite: 164
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/antonini1768/0198
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
16^ Ferrei Fat/rLLrfy ^
lorsqu'on !e peut , & qu'on le doit. Je
vous ai dit que je soliicitetois pour vous,
& je tombe malade , je bus dégagé d'une
parole que je ne puis exécuter , ou b j'ap-
prens que c'eif contre mon Pere que vous
plaidés, je ne dois plus etre dans vos in-
terets, & les prétérer aux nuens. Vous
demeurés bien d'accord , que b l'on me for-
ce de promettre quelque choie , je ne suis
pas obligé de tenir une parole que je n'ai
pas donnée volontairement. Si je vous
di sois que je vous en donne une de bon
cœur, qui e(f d'etre toute ma vie à vous,
me pardonueriés-vons d'avoir Ani ma Let-
tre par une eipéce de pomte ? il vaut
donc mieux vous aisurer bncéremcnt, que
je ferai pour vous tout ce qui dépendra
de moi, pourvu que mon honneur, & ma
considence n'en sbuffrent rien, étant avec
toute la conbdération poiiible.

XC.
Y'Ai appris avec beaucoup de plaisir , que
J vous avés résolu de verts fore une étu-
de réglée à la campagne , & de la conti-
nuer même à Paris , & a l'armée, sélon
que vous en aurés le rems. Mats vous
me faites trop d'honneur de me consulter
loading ...