Antonini, Annibale  
Recueil De Lettres Françoises, Et Italiennes De Bienseance Et Marchandes, Pour Ceux Qui Souhaitent D'Aprendre A Bien Ecrire En Italien, Selon Les Bons Principes Et La Nouvelle Ortographe: Avec Un Abrégé Sur La Maniére De Garder Le Ceremonial, Et De Dresser Les Lettres, Selon Le Stile Le Plus Moderne Des Italiens — Basle, 1768 [VD18 12073032]

Seite: 170
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/antonini1768/0204
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
mot, & que je n'ai longe qu'à vous Etis-
faire, sans conlidércr que j'allois détruire
la bonne opinion que vous pouvés avoir
de mes Ecrits. Je veux même vous dire
quoi Hilforien je préférerois pour l'agré-
ment & pour l'inlfruètion : c'elf Plutarque ,
que des Critiques trop rigides ont de la
peine à reconnoitre pour Hasforien. J'a-
voué qu'il n'a pas fait de corps d'Hisfoire ,
& qu'il n'a laiise que des Vies particulières
& détachées. Mais quelles Htlfoires trou-
ve-t'on qui puiilent plaire , & inhruire
comme ces Vies? A moins que d'être d'hu-
meur chagrine, le peut - on lire sans y goû-
ter mille charmes, & y remarquer, atout
moment, des maximes de morale , & de
politique ? Plutarque les y fait entrer
naturellement, il n'amaile que les fleurs
qui naiilent sous les pas, & ne le détour-
ne point de son chemin , pour en aller cueil-
lir d'autres. I! peint l'homme dont il ra-
conte la vie, il le fait connoltre tel qu'il
étoit à la tète d'une Armée, dans le Gou-
vernement des Peuples , dans Ion domesfi-
que, & dans ses plaisirs. Enfin, Mon-
iteur , je serois du scntiment d'un Auteur
qui .dit, que s'il étoit contraint de jetter
tous les livres des Anciens dans la mer,
Plutarque seroit le dernier noté. Nous
en dirons bien davantage , quand nous
irons chcs vous avec Moniteur N. Si vous
trahies vos amis avec moins de cérémonie,
nous
loading ...