Antonini, Annibale  
Recueil De Lettres Françoises, Et Italiennes De Bienseance Et Marchandes, Pour Ceux Qui Souhaitent D'Aprendre A Bien Ecrire En Italien, Selon Les Bons Principes Et La Nouvelle Ortographe: Avec Un Abrégé Sur La Maniére De Garder Le Ceremonial, Et De Dresser Les Lettres, Selon Le Stile Le Plus Moderne Des Italiens — Basle, 1768 [VD18 12073032]

Seite: 178
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/antonini1768/0212
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
; 7 g tsFayMi/isTs F Je
puidance , il esf certain que les Grecs
n'auroient pas laide aux Romains l'avan-
tage qu'ils eurent cnsuite , de se rendre
par leur valeur maîtres de toute la terre.
Je trouve ce que je viens de citer 11 beau
& il curieux , que je pente que je n'y dois
tien ajouter, il ce n'eif que je suis de tout
mon cœur.

XCIL

Ous m'avcs fait l'honneur de me propo-


V ser dans la dernière Lettre , que vous
avés eu la bonté de m'écrire, la quession.
Si les Anciens étoient plus vicieux , ou
plus gens de bien que nous ne sournies,
& quoique je ne ibis pas adés fort pour dé-
cider, j'oie néanmoins vous dire, h je ne
me trompe, que les hommes ont toujours
été également vicieux , puiique dès l'en-
fance du monde la corruption étoit géné.
taie ; & que Dieu pour purifier la terre ,
fut obligé de noter tous les hommes dans
un déluge univeriel. Ceux qui leur sune-
dérent, ne ie corrigèrent point par un ii
terrible exemple. Depuis ce tems-là leurs
succedeurs ont silivi les mêmes traces, &
nous vivons à peu près comme ceux qui
nous ont devancé. La galanterie esf l'une
des choies, en quoi nous avons de grands
avantages par-desfus les Anciens, & as-

suté
loading ...