Antonini, Annibale  
Recueil De Lettres Françoises, Et Italiennes De Bienseance Et Marchandes, Pour Ceux Qui Souhaitent D'Aprendre A Bien Ecrire En Italien, Selon Les Bons Principes Et La Nouvelle Ortographe: Avec Un Abrégé Sur La Maniére De Garder Le Ceremonial, Et De Dresser Les Lettres, Selon Le Stile Le Plus Moderne Des Italiens — Basle, 1768 [VD18 12073032]

Seite: 184
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/antonini1768/0218
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
s'ennuia enbn de cette fi'ugalité ; après
avoir dépouiHé l'Alie, & enrichi Rome du
débris des Provinces des R.oiaumes con-
quis, la mollelsè, l'ulage des plaillrs in-
connus julqu'alors , la magnibcence, ie
luxe, ia bonne chère, tous les vices des
Orientaux s'introduisirent dans Rome avec
leurs Richeiles. Depuis ce tems - là , le li-
bertinage & la licence n'eurent point de bor-
nes. Comme les Romains avoient inbni-
ment plus d'esprit, ils rabnérent sur les ptai-
brs; leurs voluptés étoient étudiées : on y
Voïoit de l'art & de l'invention, pour les
rendre encore plus piquantes par de nou-
veaux ragoûts. Si l'op en croit Juvenal,
& quelques Auteurs contemporains, les Da-
mes Romaines portèrent la débauche de l'eb
fronterie julqu'aux derniers excès ; après
avoir noie dans le vin leur railbn & leur pu-
deur, elles ne gardoient plus de mesures,
& le livroieut Dns honte aux déréglemens
de leur cœur. Quelque licencieulès que
Soient les Dames de ce Cècie, elles lont bien
plus rescrvées que ne l'étoient les époules
de ces fameux Conquérans. Voici mon seu-
timent lur la quelfiou que vous m'avés pro-
polée : mais il vaut mieux que je prenne
mon tems pour vous allurer très-serieuse-
ment, & très-bncérement, que l'on ne
peut être plus parfaitement que je suis.

XCHL
loading ...