Antonini, Annibale  
Recueil De Lettres Françoises, Et Italiennes De Bienseance Et Marchandes, Pour Ceux Qui Souhaitent D'Aprendre A Bien Ecrire En Italien, Selon Les Bons Principes Et La Nouvelle Ortographe: Avec Un Abrégé Sur La Maniére De Garder Le Ceremonial, Et De Dresser Les Lettres, Selon Le Stile Le Plus Moderne Des Italiens — Basle, 1768 [VD18 12073032]

Seite: 186
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/antonini1768/0220
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile

xeni.
T70us êtes en peine, dites-vous, Mada-
^ me, s'il y a jamais eu des Fées, &
vous voudriés bien connoitre ieur origine;
ei!e elf purement chimérique: tout ce que
l'on en dit, esl labuleux, & inventé par
des nourriiies pour endormir les petits en.
fans ; ou H on veut dire quelque choie
de plus ipécieux en laveur des Fées , on
peut attribuer leur origine a l'idée que de
certains Philolophes ont eue , que tous
les élcmens étoient habités par diiîérens
peuples, ou diiférens génies ; que les Gnomes
s'étoient emparés de la terre ; que les Ondms
avoient choili la mer pour leur partage ; que
les Silphes le promenoient dans l'air , & les
Salamandres dans la région du leu. Vous
avés lu, Madame, avec plailrrun livre
qui traite agréablement de ces matières tu-
rieules. Ces Philolophes diloient que les
génies qui habitent les divers élémens ,
apparoiilènt de tems en tems aux hommes.
Voilà, peut - être, le Ihndcmcnt de tous les
prodiges que l'on attribué aux Pées, dont on
raconte tant de choies extraordinaires, &
qui n'ont aucune vrailêmblance.
Le nom de Fée fut donné d'abord à
de certaines femmes que l'on regardoit
com-
loading ...