Antonini, Annibale  
Recueil De Lettres Françoises, Et Italiennes De Bienseance Et Marchandes, Pour Ceux Qui Souhaitent D'Aprendre A Bien Ecrire En Italien, Selon Les Bons Principes Et La Nouvelle Ortographe: Avec Un Abrégé Sur La Maniére De Garder Le Ceremonial, Et De Dresser Les Lettres, Selon Le Stile Le Plus Moderne Des Italiens — Basle, 1768 [VD18 12073032]

Seite: 194
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/antonini1768/0228
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
i $4 Le^rey rey Je
Mais les Sibylles ne lont pas , comme
les Fées , des perlonnes purement imaginai-
res ; les Hilforiens profanes & Ftcrés ont
parlé des Sibylles , & cité dans leurs ou-
vrages quelques-uns de leurs vers prophéti-
ques. On ne convient pas du nombre des
Sibylles : on en compte julqtsà dix, &
même jusqu'à douze ; mais il y a bien de
l'apparence qu'on les multiplie : on en
pourroit, peut - être , trouver trois. Cel-
le de Delphes a été l'une des plus fameu-
iès & des plus anciennes , puisqu'elle a
prophétile long-tems avant la guerre de
Troie : quelques Hilforiens lui donnèrent
le nom de DupNte'., & disent qu'elle étoit
bile de Tirëiias. Virgile a rendu célébré
par les vers la Sibylle à qui il donna le
nom de elle étoit originaire de
Cimmerie , petit Bourg près de Cumes
dans la Campanie, & peu éloigné de Na-
ples. Les Auteurs Grecs & Latins font
louvent mention de cette Sibylle. Ce fut
elle que le pieux Enee alla consulter sur
les avantures , & sur les moïens dont il
dcvoit le lervir , pour aller trouver le
vieux Anchiie Ion pere aux Champs Eli-
lees. La Sibylle Cumée n'elf pas la même
que laCumane, à qui l'on donne le nom
de & d'N/tM/bVs t c'elf celle pour
qui les Romains avoient plus de vénéra-
tion ; ils consèrvoient lès livres avec grand
soin ? les consultoient dans les beloins
è les
loading ...