Antonini, Annibale  
Recueil De Lettres Françoises, Et Italiennes De Bienseance Et Marchandes, Pour Ceux Qui Souhaitent D'Aprendre A Bien Ecrire En Italien, Selon Les Bons Principes Et La Nouvelle Ortographe: Avec Un Abrégé Sur La Maniére De Garder Le Ceremonial, Et De Dresser Les Lettres, Selon Le Stile Le Plus Moderne Des Italiens — Basle, 1768 [VD18 12073032]

Seite: 198
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/antonini1768/0232
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
:$8 Je
j^i d D^H tïvec Jey ^ro/i^<?y , G?
COMVn'ron^ /o?2 T7(/JjC Je tVacEyj ^zdjy
vo77/ùTM^J'zu7e^oz7cheh7zp7u°e, Voilà, Ma-
dame , ce que j'ai cru être obligé de vous
dire en réponse. Je ne sais R tout ce!a ne
vous déplaira pas ; mais quand il ne vous
agréeroitpas, je voussupplie de ie vouloir
regarder comme un témoignage de mon zélé,
puisque je suis parfaitement.

XCIV?
T Adispute que vous avéseuë, Madame,
-L' sdr le chapitre des Géans , esf bien
digne de vos réflexions , & on ne peut
pas douter de leur exilfence , pmsqu'il en
esf exprelsement parlé en pludeurs endroits
de l'Ecriture Sainte. Les Géans étoient
des hommes monsfrueux, d'une taille énor-
me , & bien au - dessus de la taille des
hommes ordinaires. Il esf rapporté dans
le Chapitre ty. du premier Livre des Rois,
que Goliath , Géant des Philisfins , avoit
iix coudées, c'esf-à-dire, neuf pieds de haut,
& que la cuiralse dont il étoit revêtu , pesoit
cinq mille sicles, qui sont à peu près trois
cent livres de notre poids , puisque cha-
que siele pése une once- Il eit donc cer-
tain qu'il y a eu des Géans, & l'on esf
Obligé d'en convenir, & de souserire aux
loading ...