Antonini, Annibale  
Recueil De Lettres Françoises, Et Italiennes De Bienseance Et Marchandes, Pour Ceux Qui Souhaitent D'Aprendre A Bien Ecrire En Italien, Selon Les Bons Principes Et La Nouvelle Ortographe: Avec Un Abrégé Sur La Maniére De Garder Le Ceremonial, Et De Dresser Les Lettres, Selon Le Stile Le Plus Moderne Des Italiens — Basle, 1768 [VD18 12073032]

Seite: 208
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/antonini1768/0242
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
2og
me paroit une démonsfration qui ne soudre
point de réplique. Depuis le Déluge, les
hommes ne vécurent plus aulii long-tems
qu'ils avoient Dit auparavant : les eaux qui
croupirent pendant lix mois sur la terre,
la corruption de tant de cadavres d'hom-
mes & d'animaux qui le pourrirent, tout
cela infecta l'air, & altera le tempérament
des hommes: ils n'avoient vêcujusqu'alors
que de fruits & de laitages : ils furent obli-
gés dans la suite de prendre une nourritu-
re plus forte & plus bolide pour le soute-
rtir, & de manger la chair des animaux ,
dont le fuc est meilleur & plus nourriisànt
que celui des dattes & des olives; mais la
vie des hommes n'en fut pas prolongée
davantage , & l'arrêt de Dieu s'exécuta à
la rigueur. Mais, Madame, si vous eus-
siés propoli une si belle quesfion à un hom-
me plus habile, il vous l'auroit développée
avec une érudition bien plus profonde.
Si j'cuise été à Paris , peut - être que par
le sêcours de mes livres, & de mes remar-
ques , je vous aurois dit des choies plus
stiblim°s sur tous les points que vous m'a-
vés proposés ; ou si j'eusfe voulu y rêver
plus long-tems, & me donner la torture
pour trouver des choies merveilleuses ,
vous sériés, peut - être , plus contente de
moi : mais mon indolence ne peut sbuifnr
ce qui me gêne ; j'aime bien mieux ne
point paroître sl lavant, que de sbrtir de
mon
loading ...