Antonini, Annibale  
Recueil De Lettres Françoises, Et Italiennes De Bienseance Et Marchandes, Pour Ceux Qui Souhaitent D'Aprendre A Bien Ecrire En Italien, Selon Les Bons Principes Et La Nouvelle Ortographe: Avec Un Abrégé Sur La Maniére De Garder Le Ceremonial, Et De Dresser Les Lettres, Selon Le Stile Le Plus Moderne Des Italiens — Basle, 1768 [VD18 12073032]

Seite: 256
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/antonini1768/0290
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
2j"6 Fuu/Jzèrey Je
presFon pour chaque objet ; & c'eA là la
cause de leurs répétitions Aéquentes. On
ne peut, au surplus, refuser à la (impli-
cite de leur langage, un avantage que le
nôtre n'a pas ; c'est que dans chaque espé-
ce il esf uniforme , & toujours le même ,
dans tous les terns , & dans tous les
païs du monde , au Heu que dans l'espéce
humaine, non seulement chaque Peuple a
sa Langue particulière ; mais la Langue de
chaque Peuple varie continuellement , &
au bout d'un certain tems ne se relsemble
plus à elle-même. Un François du tems
de Charlemagne, ne nous entendroit pas
plus , que nous n'entendons un Espagnol ,
ou un Anglois. Le langage des bêtes &
des oiseaux n'esf point sujet à ces varia-
tions incommodes. Les rossignols & les
serins d'aujourd'hui parlent précisêment le
même langage, qu'ils parloient avant le Dé-
luge. Portés - les aux Indes, & à la Chine,
ils n'y trouveront point une Langue étran-
gère , & dès leur arrivée , ils seront en
état de converser avec leurs semblables,
sans lesecours d'un interprète. Ne ieroit-
il pas à souhaiter , comme on l'a propose
quelquefois, que les hommes, Air ce mo-
dèle , établirent une Langue générale qui
seroit entendue par - tout ? Persuadé que ces
idées ne seront pas approuvées de tout le
monde, quoique*forcé de convenir du pou-
voir souverain du Créateur de l'Univers.
Vous
loading ...