Antonini, Annibale  
Recueil De Lettres Françoises, Et Italiennes De Bienseance Et Marchandes, Pour Ceux Qui Souhaitent D'Aprendre A Bien Ecrire En Italien, Selon Les Bons Principes Et La Nouvelle Ortographe: Avec Un Abrégé Sur La Maniére De Garder Le Ceremonial, Et De Dresser Les Lettres, Selon Le Stile Le Plus Moderne Des Italiens — Basle, 1768 [VD18 12073032]

Seite: 262
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/antonini1768/0296
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
262, Ccrtrcy de
aux quatre vents , dans lequel il n'y avoit
que deux ou trois douzaines de badins de
terre remplis de diverles liqueurs. Je me
ibis levé de grand matin , me dit-il, &
j'ai fait d'abord ce que je lais depuis vingt-
cinq ans, qui elf d'aller viliter mon œu-
vre : j'ai vû que le grand jour étoit venu,
qui devoit me rendre plus riche qu'hom-
me qui loit sur la terre. Votés - vous cet-
te liqueur vermeille ? elle a à prélent tou-
tes les qualités que les Philosophes deman-
dent pour faire la tranlmutation des métaux :
j'en ai tiré ces grains que vous votés, qus
sont de vrai or par leur couleur , quoi-
qu'un peu imparlait par leur pelanteur.
Ce lecret que Nicolas Flamel trouva, mais
que Raymond Lulle & un million d'autres
cherchèrent toujours , elf venu julqu'à
moi ; & je me trouve aujourd'hui un heu-
reux adepte. Fade le Ciel que je ne me
serve de tant de trélors , qu'il m'a commu-
niqués , que pour la gloire.
Je lortis & je delcendis, ou plutôt je
me précipitai par cet escalier , tranlporté
de colere , & lailîai cet homme lì riche
dans Ion Hôpital, d'où il n'elf pas enco-
re lorti, & il n'en lortira jamais, Mon-
iteur ,
loading ...