Antonini, Annibale  
Recueil De Lettres Françoises, Et Italiennes De Bienseance Et Marchandes, Pour Ceux Qui Souhaitent D'Aprendre A Bien Ecrire En Italien, Selon Les Bons Principes Et La Nouvelle Ortographe: Avec Un Abrégé Sur La Maniére De Garder Le Ceremonial, Et De Dresser Les Lettres, Selon Le Stile Le Plus Moderne Des Italiens — Basle, 1768 [VD18 12073032]

Seite: 330
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/antonini1768/0364
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile

du courant, puisque je ne Pavois pas encore
requë, que ce Moulieur qui vous doit, a man-
qué, sans lailser lieu àia moindre espérance
de pouvoir venir à queique accommodement.
Tout ce que j'ai pu faire, a été de notiher
votre crédit , afin que s'il arrive quelque
changement, vous aies la préférence sur les
antres. En effet il a un Oncle qui esf fort
riche, & âgé de quatre-vingts ans, à la mort
duquel il héritera plus de la moitié de ses
biens, & par-là il le remettra en état de
païer ses créanciers. Il vous faut donc avoir
patience , jusqu'à ce que le tems soit favora-
ble , ce qui ne peut pas être de longue durée.
Si cela arrive sbïés allure que j'aurai soin de
vos intérêts comme des miens propres, étant
sincérement.

L.
^ Udìtót après la réception de votre Lettre
-ZI du 22. du palle, je me rendis auprès
de vos mauvais débiteurs pour leur inlinuer
l'ordre que vous m'avés donné. Touchant
les deux premiers, j'espére d'en être paré
au bout de quelques semaines , car ils sont
encore en état de le faire, & vous n'avés
rien à craindre ; mais pour les deux autres
je trouve leur négoce trop scabreux, & je
Me crois pas qu'ils puilsent encore subsfsfer
loading ...