Egypt Exploration Fund   [Hrsg.]
Archaeological report: comprising the work of the Egypt Exploration Fund and the progress of egyptology during the year ... — 1902-1903

Seite: 72
DOI Artikel: 10.11588/diglit.12052.7
DOI Seite: 10.11588/diglit.12052#0085
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/archaeological_report1902_1903/0085
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
72

Progress of Egyptology.

de satires politiques se rapportant aux eveuements de la fin de la periode
fatimite. Oumara, implique clans une conspiration qui avait pour but de
replacer les Fatimites au Khalifat d'Egypte et mis k mort par ordre de
Salah ad-Din, est le principal temoin de cette epoque tourmentee. Ses
poesies doivent etre lues a la fois par les historiens de 1'Egypte et par les
amateurs de litterature egyptienne. II en est de meme du joli livre de
M. W. A. Betts, Egyptian Arabic Primer, publie au Caire et consaere
uniquement k l'arabe d'Egypte.

Le tresor de manuserits decouvert il y a quelques annees a la Genizah
du Caire et dont le contenu a ete inventorie et scrupuleusement detaille
dans les differentes revues d'erudition juive, renfermait aussi quelques
manuserits arabes interessants pour 1'liistoire d'Egypte. Ce sont ces
manuserits qui sont etudies dans la " Jewish Quarterly Eevievv" par
I. Goldziher d'abord, puis par H. Hirschfeld, qui publie un long article
intitule The Arabic portion of the Cairo Genizah at Cambridge.

G. Salmon, dans son article Notes oVepigraphie ara.be, publie dans le
" Bulletin de l'lnstitut francais ".etudie des pierres funeraires Koufiques,
deeouvertes a, Assouan et rapportees au Caire par M. Maspero. Une
planche annexee a ce memoire, montre les transformations de l'ecriture
Koufique depuis la lre inscription jusqu'a la derniere a deux siecles
d'intervalle.

Le folk-lore egyptien est represente cette annee par une jolie plaquette
de Yacoub Artin Pasha, ou sont traduits seize "haddouta" ou contes
populaires racontes au Caire et recueillis de 1870 a 1886. C'est un utile
complement aux recueils de contes egyptiens deja traduits par le meme
savant il y a quelques annees. A signaler aussi, comme etude de folk-
lore, la plaquette de M. V. Chauvin, La legende egyptienne de Bona-
parte, ou l'aureole de legendes qui courent parmi les bedouins sur le
heros francais est exposee et detailk'e depuis ses origines jusqu'a nos
jours.

L'artiele de M. Casanova sur Quelques legendes astronomiques arabes
considerees clans leurs rapports avec la mythologie egyptienne, publie
clans le "Bulletin de l'lnstitut francais," se rattache aussi en bien des
points au folk-lore egyptien, tout en conduisant son auteur sur un nouveau
terrain, celui des premieres invasions arabes en Egypte, k l'epoque
anteislamique. Cette derniere question a ete traitee avec beaucoup
d'imagination et d'idees neuves par E. Blochet, clans sa brochure, Le cidte
d'Aphrodite-Anahita chez les Arabes du Paganisme. M. Blochet y
explique les noms eitcis par Herodote, " Orotal" et "Alilat," et refait
khistoire des Adites et de leur conquete de 1'Egypte qu'il rapproche de
loading ...