Arnauld, Antoine  ; Barcos, Martin de  
Instructions Sur la Grace Selon L'Ecriture Et Les Peres — Köln, 1700 [VD17 16:724239V]

Seite: X
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arnauld1700/0018
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
x INSTRUCTION

les parties nobles, C° ruiné le premier princi-
pe de lavie. C'est pourquoi, ajoute le mê-
me Auteur. Les Philosephesse sont extrême-
ment trompez., lors qu'ils ont pensé guérir les
plaies Cr la corruption de notre nature ; d'au-
tant que l'écrit qui suit necejsairement l'incli-
nation de la volonté vers la dernière fin, trou*
vaut cette inclinatisn corrompue dans la volon-
té, se corrompoit ne c clairement lui-même, &
se rempltjsoit d'aveuglement toutes les sois qu'il
f'appliquoit a l'affion.

Âinsi tout le soin qu'ont pris ces sages
de corriger les mœurs des nommes, ne
s'est terminé qu'à vaincre les vices par d'au-
tres vices} les plus gressiers, par les plus
cachez} les charnels, par les spirituels.
Mais pour ce qui est de l'orgueil naturel à
l'homme, qui est la source de tous les vi-
ces, &ce delîr d'indépendance gravé dans
le fonds de Pame, & caché dans les replis
les plus secrets de la volonté, par lequel
elle se plaît de n'être qu'à soi, & à n'être
point sournis à un autre, non pas même à
Dieuj c'est-à-dire, pour ce qui est de cet-
te corruption originelle, qui consiste en
ce que la volonté s'est détournée de Dieu,
& s'est tournée vers soi-même, en établis-
sànt sa dernière fin en soi-même, & non
point en Dieu : tant s'en faut qu'ils Payent
pû guérir par toute leur étude, tous leurs
livres, & tous leurs préceptes : qu'ils l'ont
au contraire augmentée & fortifiée de plus

en
loading ...