Arnauld, Antoine  ; Barcos, Martin de  
Instructions Sur la Grace Selon L'Ecriture Et Les Peres — Köln, 1700 [VD17 16:724239V]

Seite: XXXV
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arnauld1700/0043
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
SUR LA GRACE, xxxv

retirant du mal, en nous portant au bien , cr
en nous illuminant, il ejl libre a tous ceux qui
ont Vufage de la rai,[on, di'observer, ou de mj-
prifer la volonté de Dieu ; a Saint Auguslin ryj Auga-
répond en ces termes : Fous rapportez, tant *tinu*. re~
de manières sélon lesquelles Dieu nous afsilie en Tam mul-
nous commandant, en nous benissœnt, en nous ^nos'ad*
JanBifiant ; en nous retirant du mal, en nous juvatDeusj
portant au bien, & en nous illuminant', Cr ^endoT
vous ne dites point qu'il nous assilie en nous benedicen-
donnant Ja chante £r son amour, sélon ce que cando^oer-*
dit V Apôtre S. han % Que la Charité est de «ndo, pro-,

ir\ ■ i ri*~~ i . > • vocando ,

Dieu. Cependant c'est cette chante que Dieu iiiuminaa-
sorme dans le cœur de Vhomme, non par la ^ci^h"°°
lettre, qui esî. la loy ancienne, mais par «tes» dan-
Pejjnt quiest la Grâce Chrétienne du nou- di0ca'tjoa™
Veau Testament, que c on fi (le cette puifiance, n"sAP°£
dont le même S. fean dit d.ans son Evangile, ritas ex
que Dieu a donné la puifiance aux hommes ,^e^^.
de devenir enfians de Dieu. tate quse

Le même hérétique ayant encore decla- gjjjjj sp^
ré qu'il y avoit plufîeurs eipeces de Gra~ ritu non li-
ce divine, dont Dieu assistoit le Libre-ar- eîiam^pL'
bure ; b Saint Ausustin lui répond encore :^% H1*

„. i-rr n ii^, mtelligi-

ôi entre ces disférentes efseces de la Gra- tur,de qua
ce divine, vous mettiez, l'amour de Dieu, îde:?ipfe ,

7 _ ' in Evan-

que vous devez, avoir apris de l'Ecriture geiio suo i
nous venir de Dieu, non pets de nous pol

# # # 2 mê- testacem fi«

lios Dei fie«
ri. Ibid.

[b] Inter divine gratis species si ponîretis dile&ionem , quam non
ex nobls sed ex Deo esse , eamque Daum dare siliis suis apercissimè
legitis , sine qua nemo piè vivit ; 6c eu m qua nemo nisie piè vivit; Sine
qua nullius est bona voluncas ; & cum'qua nullius est rïrsi bona volun»
tas, verè liberum detenderiùs, non inssaretis aibuiium. Ibid. c. izj.
loading ...