Arnauld, Antoine  ; Barcos, Martin de  
Instructions Sur la Grace Selon L'Ecriture Et Les Peres — Köln, 1700 [VD17 16:724239V]

Seite: XLI
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arnauld1700/0049
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
SUR LA GRACE. xLj

besoin de la Grâce de s. C. pour celle qui en-
fle, Cr que nous nen avons pas besoin four
celle qui édifie. Au lieu que nous devons re*
connoître, que l'un & Vautre est un don de
Dieu, C7" de sç avoir ce que nous avons a fai-
re; <T d'aimer, asin de le saire; de sorte
quêtant édifiez, par la charité, la science ne
nous puijse enflât Et en esfet comme il eft c'-
en t de Dieu j que c'ejl lui qui enseigne k l'hom-
me la science ; il ejl écrit aussi que la charité
vient de Dieu.

Demande V.

Si la vraie grâce chrétienne est rinspira*
tion de l'amour, il semble qu'il sensuit de- là
que Finspiration des bonnes pensées n'est
point une grâce de J. C»

Réponse.

Le langage de la pieté chrétienne prend
souvent les bonnes pensées pour toutes sor-
tes de bons mouvemensintérieurs, même
d'amour & de charité, entant qu'opposez
aux actions extérieures. Mais ce n'est pas
en ce sens que nous en parlons iCy. Nous y
considerons les bonnes pensées entant
qu'elles ne sont que dansl'ésprit, & qu'el-
les sont distinguées des bons desirs qui sont
dans la volonté.

Cela estant supposé, Dieu nous donne
de bonnes pensées en deux manières 5 ou
seules, & sans les accompagner d'aucune

^ # # <- iti"s
loading ...