Arnauld, Antoine  ; Barcos, Martin de  
Instructions Sur la Grace Selon L'Ecriture Et Les Peres — Köln, 1700 [VD17 16:724239V]

Seite: 8
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arnauld1700/0100
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
g DOCTRINE DE L'EGLISE

Tit. il. 2. h A G race de Dieu notre Sauveur\a paru : Ce
^aSaoîi qui est expliqué dans le Chapitre sùivant par
saivatoris ces autres termes : MAIS depuis que la
Tit.iii.2. douceur Cr la tendrejfe de Dieu notre Sauveur

Cùmau- a paYHm
tem berug- i
nitas&hu- ~

manitas QUESTION IV.

apparuit '- ' ' . J

Saivatoris Que {tonifie la orace constdérée hors du sein
de Dieu.

Elle signifieles effets de cette bonne vo-
lonté de Dieu, les productions de Cet amour,
les émanations de cette charité -, en un mot,
toutes les faveurs que Dieu fait aux hommes
dans le tems, ensuite de l'amour qu'il a eu

pour eux dès l'éternité.

•mi ,-;i--r*v , i.. ..v^ Vlt^K. : foiS .3 cî*iaq jnob
Q^u'estion V.

Peut-on apeller grâces, les biens que Dieu
accorde aux hommes dans l'ordre de la na-
ture ?

Oui, si l'on prend le mot de grâce dans un
{êns général, & si on l'entend sélon la lig-
nification grammaticale: car étant prisnin-
si, il ne peut dire autre chofe qu'un don,
lequel procède de la libéralité gratuite de
celui qui le fait. Dans ce lens on peut dire
que l'être, la vie, lasanté, l'espritvif, les
bonnes inclinations naturelles sont des grâ-
ces, parce qu'elles sont des faveurs de Dieu
qu'il accorde à l'homme sans aucun mérite
de sâ part. C'est ainsi que S. Augussin mê-
me le reconnoîc en travaillant contre les Péla-

giensj
loading ...