Arnauld, Antoine ; Barcos, Martin de
Instructions Sur la Grace Selon L'Ecriture Et Les Peres — Köln, 1700 [VD17 16:724239V]

Seite: 29
DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arnauld1700/0121
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
SUR LA GRACE. 29
te sa nature , qui ne fût dans une parsaite
intégrité.
(Question IL
Quels essets produisoit la Grâce dans [on ame* •
Elle santifioitsa volonté, 6c la faisoit ad-
hérer à Dieu par un amour chaste, dans le-
quel elle lui faisoit trouver toute sa joie &
tout son bonheur : UAMOVR dont
brûloit pour Dieu, dit S. Augustin, C^jqtii verura-,
naisfoit d'un cœur pur , d'une bonne consciences"^^'
1 _ ■ y? . J baturex
€r d'une soi Jincere9 l entretenait dans uneve- Deoin
n^/e continuelle joie. Et cette adhe- ^aeb™ ^"a.
renée le tenoit dans une soûmisson qui é- ruas de
toit la source de cette paix profonde qu'il &COn-ur°
ressentoit en lui-même : ZIL efloit a propos ici™û^°*
qu avant le pèche la nature ae L homme jut non fifta.
êtz £wi.v guerre. M In
/ <i> mtura
_ t t t hominis
q_u estion ILL antepecca-
tum pacem
En quoi consittoit cette paix dans l'état decebatef-
1,. 1 . J J 1 le, non
a innocence : beiium.
En ce que l'homme demeurant dans son
rang, c'eit-à>dire, dans la soûmiffion qu'il
doit à son Créateur, toutes chofes en lux
&: hors de lui demeuroient dans l'ordre où.
Dieu les avait mifes : en sorte que ce qu'il
y avoit de moins noble obéïflbit à ce qui
l'étoit de plus; la chair à Fefprit, les par-
iions à la raifon ,s toutes les créatures qui ne
portent que des vertiges du Créateur , à
celui qui eft la plus excellente de fes Ima-
ges:
loading ...