Arnauld, Antoine  ; Barcos, Martin de  
Instructions Sur la Grace Selon L'Ecriture Et Les Peres — Köln, 1700 [VD17 16:724239V]

Seite: 30
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arnauld1700/0122
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
?o DOCTRINE DE L'EGLISE
ges : y avoit-il rien de plus consorme à k
droite rai (on & à la Justice ? Aussi est-ce
pour cela qu'on apelle cet état , l'état da
la Justice originelle.

Q_u e s t i o n IV.

Qp^est-ce qui a troublé cet état fi heureux $
C~ cette paix fi agréable}

C'a été le péché qui l'a mis en confu-
sion j & qui en tirant l'homme de cette o-
béïlîànce qui lui étoit si avantageuse, a
causé en lui & hors de lui une révolte gé-
nérale. Y a-r-il rien de plus jutle ? &
n'eil-il pas sélon toute l'équité, que ce rebel-
le reçoive de les sujets le même traitement
Lib. t. qu'il a fait à son Souverain ? IL s\wpcrçut
fm?u du mal de sa desobéisfance, dit nostre S. Do-

&conc. J i i r

c. 6. cteur, quand il sentit la rébellion de (a chair
tixslc* " T4*' cn ^toit une très jusle punition. Sa defo-
maium beijfance a donc été suivie d'un jufie châtiment
quando si- d'wz /f/ châtiment que l'homme qui aurait
bi retnbu- spirituel même en son corps , cl} devenu

tamdig- r r m. J a r 5

nissimè charnel dans (on efprtt même.

înobedien-

tiam sus carnis invenit. Justadamnatio subsecuta elt taîisque damnatio, ue
bomoqui mandatum eustodiendofuturus fuerat etiam carne spiricalis, Éc-
rit eciam mente carnalis-. Lib, 14. de Civ- Dei, c 1 j.

(Question V.

L'homme pouvait-il par lui-même fe conser-
ver dans l'état heureux , dans lequel U avait
ete crée Y.

Qui, puisque Dieu en lui donnant l'ê-
tre,
loading ...