Arnauld, Antoine  ; Barcos, Martin de  
Instructions Sur la Grace Selon L'Ecriture Et Les Peres — Köln, 1700 [VD17 16:724239V]

Seite: 37
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arnauld1700/0129
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
SUR LA GRACE. 37

sumTant tout seul pour saire le mal} ce qui
fait dire à nôtre S. Do&eur , que fi nous
voulons sçavoir quelle eft la force du libre-
arbitre consideré en lui-même êc dans la
propre nature , je ne dis pas quand il est:
insirme & malade, mais quand il eft sain &
entier -, il n'y a qu'à se souvenir de ce qui
est arrivé au premier homme : Il a eu la sor- Recoie
ce de le tuer , de le rendre miferable, & hoSm
de le précipiter dans le péché i mais il peccan-
n'eft pas capable de le relever & de le ref-tenu
fufeiter.

Q_U E S T I O N XIII.

D'où vient que le libre arbitre aupara-
vant que d'avoir été abattu par le péché, n'a
pas eu autant de force pour fe soutenir^ que
pour tomber"*

Cela vient delà fragilité de la nature,
laquelle étant tirée du néant, a toujours
une pente & un poids qui la tourne vers le
lieu de fon origine 5 ce qui fait qu'elle ne
peut par ses propres forces, s'unir par a-
mour à fon Créateur, qui eft fon unique
& fon véritable bien : & de même , dit
Saint Auguftin, que l'œil fain fuffità lui-
même, pour ne pas [voir, puis qu'il n'a pour
cela qu'à fe fermer: mais que la clarté qu'il
a en lui-même ne lui sussic pas pour voir,
s'il n'est aidé de la lumière qui vient du
dehors : ainsî la liberté, pour entière
C 3 qu'el-
loading ...