Arnauld, Antoine  ; Barcos, Martin de  
Instructions Sur la Grace Selon L'Ecriture Et Les Peres — Köln, 1700 [VD17 16:724239V]

Seite: 44
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arnauld1700/0136
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
44 DOCTRINE DE L'EGLISE
que l'homme a palTé du bien au mal, de
la grâce au péché par une neceslîté invo-
lontaire & tout à sait inévitable j de dire
qu'en péchant il a fuivi l'inftinéi: de fa natu-
îbid.is. re : SI l'homme, dit le même Saint, a été
sfthom?3^ enfme qu'il pèche necefsairement : lors
utnecessa- qu'il pèche il ne fait que ce qu'il doit. De dire
CTgocùm'ensin que la volonté de l'homme n'apû fai-
peccat, re effectivement que le mal , & ce font

quod débet r 1 . r . 1

sacit. toutes coniequences qui iuivent naturelle-
ment de cette neceffiré de la Grâce efficace
dans l'Ange & dans le premier homme.

(Question XXII.

T eut-on tirer du dissérend qu'a eu Saint
'^uguflin avec les Pelagiensy une -preuve pour
montrer qu'il a reconnu dans l'homme in-
nocent , une Grâce foumife au libre-arbi-
tre?

Oui, puisque ce qui paroît de plus dur
dans la do&rine de ce Saint, telle qu'est
la Predeftinarion gratuite, le nombre dé-
terminé & immuable des Elus, le décret
éternel de Dieu , sauvant les uns par un
effet de sa mifericorde , & biffant les au-
tres dans la maffe de perdition par un essec
delajurlice, ne fe peut défendre autre-
ment : 6c qu'on ne peut bien repondre aux
ennemis de la Grâce , qu'en reconnoiffant
une Grâce fussilante , avec laquelle l'hom-
me pouvoit perfeverer dans le bien , mais
sans qu'elle le déterminât. Car si on ne

mec
loading ...