Arnauld, Antoine  ; Barcos, Martin de  
Instructions Sur la Grace Selon L'Ecriture Et Les Peres — Köln, 1700 [VD17 16:724239V]

Seite: 47
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arnauld1700/0139
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
SUR LA GRACE. 47

étant sain, fort & vigoureux , & n'aiant
en soi aucun mouvement de concupiscence
qui lui relistât, il étoit juste que Dieu l'a-
bandonnât sur sa foi, & qu'il laissat à cette
grande facilité qu'il avoit de bien vivre, le
pouvoir de perseverer ou de ne pas perse-
verer. Mais après son péché, érant tout
languissant & tout malade , il ne lui suffit
pas d'avoir une grâce qui l'aide quand il sê
veut porter au bien , si elle ne lui fait vou-
loir & vouloir si puilTamment, que tout
foible qu'il est , il surmonte par la votante
de l'csprit, la volonté de la chair. Il faut
donc que la grâce dejESUs-CHRiST le
réveille, le ressuseite, l'entraîne, & le ren-
de victorieux de son insirmité par une sor-
ce toute-puissànte. La séconde rai son de la
dissérence qui est entre ces deux Grâces 9
c'est que l'homme s'étant separé de Dieu
par son orgueil, il n'y peut retourner que
par l'humilité: Ainil Dieu veut lui ôter tout
sujet de se glorifier en lui-même & en fès
mérites : car au lieu qu'Adam en avoit qui
lui étoient propres, l'homme n'en a plus
qui ne foient comme empruntez ; non pas
qu'ils ne foient vraiementà lui, mais ce n'eft
plus au libre-arbitre qu'il en eft redeva-
ble } ( ce qui eût été dans l'état d'inno«
cence) c'eft à la grâce & à Jesus-Christ,
qui opère en lui par elle. De-là vient auflî
qu'il y a encore cette difsérence entre
l'homme fain & l'homme pécheur , que la

vie
loading ...