Arnauld, Antoine  ; Barcos, Martin de  
Instructions Sur la Grace Selon L'Ecriture Et Les Peres — Köln, 1700 [VD17 16:724239V]

Seite: 51
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arnauld1700/0143
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
SUR LA GRACE- 51
autres l'ont ignoré , ou s'ils ont été créez
égaux en Grâce, cette assbmnce aéré don-
née aux bons comme le prix de leur fer-
meté. IL efl donc certain , conclut ce Lib.xi.
Saint Docteur , qu'ils ont été inégaux : ou * ^ ^
que s^ils ont été égaux , ceux-là, ont eu une aucimpa-
connoijsance certaine de Véternité de leur bon- JJJ si^J
heur y après la chute de ceux-cy. S. Augu-suerunc,
stin voulant donc qu'on explique ce passa- \^m\T-
pc du 12. Liv. par celui du n. il saitnam Jr1Hs

0 , , , r 1 /certalaen-

entendre par ce plus grand lecours donne tia ruse
aux bons Anges, celui quia couronné leur JjjjjjjJ^;
perieverance après la chute des démons,ris «ccefîfe-
sçavoir îa connoisiance infaillible de l'éter-ru:
nité de leur bonheur qui leur a été accordée
comme le prix de leur sidélité.

Question XXX.

Ne peut- on pas dire que tous les lieux qu'on
allègue de Saint Augujlin pour établir uns
Grâce sournise an libre arbitre en Adam &
dans les Anges , particulièrement ceux qui
sont tirez, du livre de la Correction Cr de la
G race ne se peuvent pas entendre de toutes les
Grâces agnelles y mais seulement d,e celle de la
perfeverance, puisque cJe(l celle que ce Saint a
eu en veuè dans tou-s ces endroits ?

Il saut tomber d'accord que dans tous
ces lieux Saint Auguitin ne parle en effet
que de la grâce de la perféverance , mais il
saut conclure le même de toutes les autres :
6c fî ce Saint s'eft retranché à celle-là, c'eft

D 2 par-
loading ...