Arnauld, Antoine  ; Barcos, Martin de  
Instructions Sur la Grace Selon L'Ecriture Et Les Peres — Köln, 1700 [VD17 16:724239V]

Seite: 76
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arnauld1700/0168
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
DOCTRINE DE L'EGLISE

sf1-5*de la volonté même: car elle <?/?, dez. le moment

iiD. arD» y •

c. 3. Nihii^w nous voulons. D'où il s'ensuie que cet-
pôlestate te liberté naturelle n'en: autre chose que la
noûra volonté j0 c'eft-à-dire , une faculté intelle-
voKukj Quelle & raisonnahle , dont l'acte 6c le
ipsaenim mouvement ess; le vouloir, fans lequel il eu:

prorlus • rr\ 1 j 1 • / 11

nuiioin- împomble, dans quelque état que l'homme
mo^ut ^e trouve de g,ace ou de péché, qu'il fasse
veiimus, le bien ou le mal. La féconde liberté n'elt
** 0 e 'autre chose que la charité & l'amour de la
justice & de la vérité , qui rend l'homme
libre , en le délivrant de la tirannie de ses
[Yjjoan. pallions & de les cupiditez: a LA vérité
32, vous rendra libres. Si le Fils vous met en li~
Veritas berte) vous serez, alors véritablement libres.
vosTti11 La première de ces libertez ell opposée à
EbeSerir ^a contra'nte Se 'à la violence j la séconde à
perèiiberi l'efclavage du péché, duquel elle délivre
«nus. samé, en la métrant dans uneheureufefer-
jfb] Neqne vitude vers Dieu :b CAR nous ne voulons pas
enimuaii- cflre libres en forte que nous ne veuillons pas
volumus, avoir Dieu même pour maître. Or c'eft cette
SmKrnl"econ^e liberté que nous avons perdu par le
veiimus pèche originel, & par ces quarte fortes de
miuum.0" fervkudes dans îefqîjelles nous avons dit
qu'il nous engage: & c'est de cette même
liberté dont parle Saint Auguftin , quand
S^Sî il dit, que la volonté eft d'autant plus li-
voJuntas ^re' qu'elle eft plus dans là dépendance de
îant6 îibe- la Grâce : c LA volonté e(l d'autant plus libre3
S°divS?" ^ue^e efl flHS [oumife k la Grâce de Dieu.
loading ...