Arnauld, Antoine  ; Barcos, Martin de  
Instructions Sur la Grace Selon L'Ecriture Et Les Peres — Köln, 1700 [VD17 16:724239V]

Seite: 89
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arnauld1700/0181
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
SUR LA GRACE.

Souverain : Adam, dit S. Thomas, a meprifé^^^
dans le paradis le commandement que Dieuin Pa«diso
lui avait fait, C7" il a levé la tétet voulant ne tumDei,
dépendre que de soi-même. C'eit pourquoi ^evTcem
l'Ecriture Sainte commande {iexpresiémentin suapo-
de ne point laisser dominer en nous ce vice: Ê^ns.
3 NE soufrez. jamais que Vorgueil domine ni [OTob.
dans vos pensées ni d.ans ves paroles. superbiam

nunquam

Question IV. in cuo sen-

su aut in

Comment esl-ce que cette conduite de Dieu j110 ver„b?
sert a convaincre l'homme de son orgueil ï permutas,

C'esl, comme dit le même Docteur
dans son Commentaire sur TEpitre aux Ro-
mains , que l'homme se glorifloit de deux
choies i i°. de sa connoillance, en ce qu'il
croioit que la raison naturelle lui pouvoit
i'uffire pour son salut : ÔC pour le convain-
cre sur ce point, Dieu l'a laisie à la con-
duite de sa raison sans lui donner le secours
de la Loi, par-où il a pu connoître com-
bien sa lumière étoit défe&ueufé , voiant
les vices honteux & infâmes au/quels pres-
que tous les hommes s'abandonnoient en ce
tems-là ; eniuite dequoi Dieu lui a donné
la Loi pour remède à son ignorance. Mais
après que l'homme a été inrhuit sur ce pre-
mier article , il a é~é encore necessaire de
le convaincre de l'autre partie de son or-
gueil , qui écoit la confiance en fes propres
forces, laquelle le ponoit aisément à croire
qu'il pouvoit faire le bien qu'il connoissoit -,

F 5 Se
loading ...