Arnauld, Antoine  ; Barcos, Martin de  
Instructions Sur la Grace Selon L'Ecriture Et Les Peres — Köln, 1700 [VD17 16:724239V]

Seite: 97
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arnauld1700/0189
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
SUR LA GRACE. 97

(Question XI IL

Pourquoi ne pouvons-nous pas tirer ces a-
vantages de la Loi par la sorce de la Loi mê-
me ï

Ce si que pour se connoîcre de cette con-
noisiance qui porte à rechercher Se à déli-
rer sa délivrance & sa guérisen par Je sus-
Christ , il faut qu'il y ait déjà quelque
commencement de convei sion, ôc que la
volonté soit en quelque sorte renouvcllée j
étant impossible que tant qu'elle demeure
dans sa première dépravation , elle se por-
te comme il faut à cette recherche. Or cet-
te converiîon ne se fait point par la Loi mê-
me, comme nous l'avons dit ci-dessus, mais
par l'insusiond'un amour saint8créglé, op-
posé à cet amour vicieux & déréglé qui fait
la maladie de Famé : ôc cet amour saint n'esfc
autre chose que la Grâce, que S. Augustin
définit : D N amour in (pire , afin que nom Llb*,v.

r rr r- il contra

jajjions par un saint amour te bien que nom con- Bomf*;
noisfons. c: \\ .

dileâiontîj

_ s*, , e s /», r.\ ticcognita
»&*M*s> sanfto a-

more fa-
7&*K «i»mtw.

G CHA
loading ...