Arnauld, Antoine  ; Barcos, Martin de  
Instructions Sur la Grace Selon L'Ecriture Et Les Peres — Köln, 1700 [VD17 16:724239V]

Seite: 107
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arnauld1700/0199
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
SUR LA GRACE. 107

de là Grâce. On ne peut nier, dit le Con-
cile a'Orange , que c'eft Dieu qui nous
donne la Grâce de l'aimer. Or il eft con-
finant que les insidelles , entant qu'ils sont
Infidelles, n'ont point de part à la Grâce.
La nature, dit S. Auguftin, nouseit bien
commune avec eux : mais la Grâce n'eft:
que pour ceux qui ont la Foi : La Grâce
commence toujours par le commencement
de la Foi, & ainsi on n'a aucune part à la
Grâce , & par consequent à l'amour de
Dieu, qu'on ne commence à fortir de l'in-
sidélité \ c'eft-à-dire , qu'on ne cefle vrai-
ment detre infidelle ; puifque toute per-
fonne qui a le commencement de la Foi,
ne peut plus êcre regardée comme telle.

Qjl ESTION IL

T eut-on prouver cette doctrine des actions
des Infidelles par quelque autorité -prife de l'E-
criture cy de la Tradition ?

Oui, puifque pour l'Ecriture nous avons
le psfiage de S.Paul, dans fon Epitre aux
Romains : TOVT ce qui ne vient point dec.xiv.23
la foi, eft péché. Je fçai qu'on donne ordi- JSdnon
naircment un autre sens à ces paroles, quiestexside
eft que tout, ce qui se sait contre ce que ju- P^c"um
ge & ce que nous diète nôtre confeience 5
est péché : & félon cette explication on ne
peut s'en fervir pour ce que nous préten-
dons. Mais quoique nous ne rejettions pas
ce sens, & que nous reconnoissions qu'il

paroîc
loading ...