Arnauld, Antoine  ; Barcos, Martin de  
Instructions Sur la Grace Selon L'Ecriture Et Les Peres — Köln, 1700 [VD17 16:724239V]

Seite: 111
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arnauld1700/0203
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
SUR LA GRACE. nx

leur prudence , de leur tempérance, de
leur justice, &c. ) Si, dis-je, leur for-
ce n'a eu pour principe qu'une cupidi-
té mondaine & un desir de vaine gloire,
ne peut-on pas dire que toutes leurs ver-
tus apparentes ont été de véritables vi-
ces ? De même si l'homme n'a de son fond
que le mensonge & le péché, ne faut-
il pas reconnoîcre que tant qu'il agit par les
forces de sa nature , il ne peut produire
que le péché , puis qu'il ne trouve autre
chose en soi. Enfin nous pouvons encore
joindre à toutes ces preuves ce qui Ce trou-
ve dans la Prose que l'Eglise chante pen-
dant l'Octave delà Fête de la Pentecôte ,
dans laquelle elle publie hautement que l'Es- sine tué
prit saint est tellement l'auteur de tout le nu™a<i'.

i ■ • r r • j i / r nihl1 eftl°

bien qui le tait dans la créature : que ians homine,
la grâce il n'y a rien en elle que de crimi- ™î"!est \
nel. De tout cela , il eu aise de conclure DO rathm
avec Saint Augustin, Scde dire, aQyeper- *u
sonne ne compte les bonnes œuvres qu'il a comparée
faites auparavant que d'avoir la foi ; lors- suTaS-
qu'il n'avoit pas encore cette vertu, il étoit à*™s>ubi
incapable de faire aucun bien; la Foi étant «rat, b"-
comme l'ainée des grâces de nôtre cœur.

(Question IV.

Saint Paul ne non s aprend-il pas qu'il y a
eu plufteurs infidelles qui ont eu quelque connois-
sance de Dieu ?

11 est vrai que plusieurs l'ont pû connoî-

tre

num opus
non erat :
loading ...