Arnauld, Antoine  ; Barcos, Martin de  
Instructions Sur la Grace Selon L'Ecriture Et Les Peres — Köln, 1700 [VD17 16:724239V]

Seite: 118
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arnauld1700/0210
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
n8 DOCTRINE DE L'EGLISE

leur erreur sur cette matière , eft qu'ils ont
^ confondu la fin des vertus avec leur office,
contra Sçachez, dit S. Augustin à Julien, qu'il saut
'Novell', soigneusement diitinguer dans la vertu l'a-
noaoffi ction en elle-même , 6c la fin, de l'action.
SÏmI vi- L'office de l'action , c'eft ce que nous dc-
tiisdisccr- vons fajre : comme d'avoir compaffion d'un

nendaseile 151 o t '

Yirtutes. pauvre , d honorer nos parens, etc. La
fin c'est l'intention pour laquelle nous de-
vons agir. Or la principale différence des
vertus & des vices, des bonnes & desmau-
vailès œuvres, sedoit prendre de la sin, 6c
non pas de l'ossice & de l'action regardée en
elle-même , parce que c'eft la sin qui don-
ne Tespcce à l'action , & qui la sait ce qu'el-
le est. En esset c'est-elle qui gouverne h
volonté, & lui imprime le mouvement, ôc
c'est ce qui sait que les hommes se trompent
fi fort dans les jugemens qu'ils portent des
actions , parce qu'ils les regardent seule-
ment en elles-mêmes, ou que les regardans
par leur fin , ils ne sçavent pas, à raifon
de leur aveuglement £c de la corruption de
leur raifon , discerner quelle doit être la
^ de sin que l'homme doit fe proposer dans tou-
civ. Dei. tes fes actions, qui iVeft autre que le Bien au
vêr»vircus desTus duquel il n'y en a point d'autre. Ce
son eft, qui fait dire à Saint Augustin, QV'ILn'y
a point de vertu véritable, que celle qui tend À
wruiit, ubi/^ fin [a plus excellente de toutes , O" quieft

«stbonum , r • i ■ j iii

iiominis, U jouver^m bien de Immrae.

«^uomelius
loading ...