Arnauld, Antoine  ; Barcos, Martin de  
Instructions Sur la Grace Selon L'Ecriture Et Les Peres — Köln, 1700 [VD17 16:724239V]

Seite: 123
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arnauld1700/0215
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
SUR LA GRACE. 123

pente vers Dieu, Elles peuvent bien avoir
divers visages entr'elles,à raison de leurs di-
vers offices : mais elles ne peuvent toutes
avoir qu'une même ame & qu'une même
vie, qui estl'amour de Dieu. Laa.conse-
quence, qu'il: n'y a point de vraie vertu
sans la Foy , puisque sans elle on ne peut
approcher de Dieu:a CAR pour approcher WHebr.
de Dieu , dit l'Apôtres, il saut croire qu'il crédëre

ennn o-

y a un Dieu. De plus c est la Foi qui sait
que notre cœur loupire après Dieu : c clt cedentem
pourquoi S. Augustin l'appelie : b LE pre-^t
mier né d'un cœur qui soupire après ce qu'il y [b] Prima.
a de plus haut. C'est elle aussi qui dirige Hwrf
notre intention, sans quoi chacun sçaitquealc*^pi-
le bien qui se fait n'est rien : c VINT EN- [Tjs.Aug;
TION sait la bonne attion: la soi dirige P«s«4n
l'intention. La troisiéme, qu'il n'y a point Bonum
de vertus steriles , ni d'actions bonnes in~ tJntio^i-
utiles pour le salut , dautant que ressence et, inten-
de toute vertu est l'amour de Dieu , dont sideSend!ri-
le propre est d'agir pour Dieu : comme lesict
principe de toutes les bonnes oeuvres est la
Foi , laquelle n'est point slerile , puisque
par cette Foi on entend celle qui opère par
la charité. La quatrième est , qu'il n'y a
point de milieu entre les vertus utiles pour
le salut, & les vices j entre les actions
bonnes de la bonté que donne la Foi 6c la
Charité, & celles qui sont méchantes, quoi-
qu'il y ait plufîeurs degrez de malice entre
les œuvres qui ne sont point faites, COM-

ME
loading ...