Arnauld, Antoine  ; Barcos, Martin de  
Instructions Sur la Grace Selon L'Ecriture Et Les Peres — Köln, 1700 [VD17 16:724239V]

Seite: 127
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arnauld1700/0219
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
SUR LA GRACE. 127
mandemcns de Dieu , & qui ne le peut
pas, a sans doute une bonne volonté, c'eft-
à-dire, une charité véritable, mais qui eft
encore petite & foible : mais qu'il les
pourra accomplir lorsqu'il aura une volon-
té robuste 5c sorte. Cela suppofé, je dis
que quoique la Foi puilTe subsîster sans l'a-
mour parsait, elle ne le peut néantmoins
sans l'amour imparfait, & sans une charité
commençante, laquelle compatit avec l'é-
tat du péché : L'ESPERANCE, dût S. i« £■<**•'
Augustin, ne sauroit eftre fans la Foi, ni /<*Nec7pej
Foi sans Vesverance^O" ni l'une ni Vautre sans *j,ne ^d,e a
amour. Et cela est sort consorme a ce qu'- fine fpe.
enseignent ordinairement les Théologiens,"^"^
que la Foi Chrétienne ne peut-être, SANS fine mm*.;
une pieufe afjtttion de la volonté. Or quelle sine pia
peut-être dans les pécheurs cette pieuseafTc- avions
thon qui accompagne toujours la Foi, fi ce
n'eft cet amour imparfait qui sait qu'ils pren-
nent plaifir à entendre parler de Dieu,qu'ils
défirent de bien vivre, que quoiqu'empor-
tez par leurs pallions, ils ne se convertillènc
pas encore à Dieu, ils fe fentent néanmoins
plus forts à combattre leurs mauvaifês habi-
tudes, à mefure que la charité croît en eus,

QU E S T I O N XVIII.

Si les vertus apparentes des InsideUes n'ont
ete que de véritables vices , comment esl - ce
qu'elles ont pu obtenir quelque recompenfe ,
somme S.Augufin en tombe d'accord.}
loading ...