Arnauld, Antoine ; Barcos, Martin de
Instructions Sur la Grace Selon L'Ecriture Et Les Peres — Köln, 1700 [VD17 16:724239V]

Seite: 132
DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arnauld1700/0224
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
rusve pec
caveric.

t?z DOCTRINE DE L'EGLISE
les Infidelles peuvent faire quelques bon-
Nec illud nes oeuvres : ET cela ne sera pas omis au
injudicio . j -r\- * 1 ■ ■
Dei vaca-jugement de Dieu^ que même dans cette impie-
bic:quod in ^ damnable l'un a plus ou moins péché que
ipla impie- "* s il
tatedam- / autre. Ce qui ne ugrune autre chose que
gSulT* cc que nous avons déjà appris de ce même
aiio mi. Saint, qu'ils n'ont pas fait plus de bien que
ceux qui n'ont pas exercé les mêmes bon-
nes oeuvres prétendues, mais seulement
qu'ils ont fait moins de mal.
QUESTION XX.
Ne peut-on pas dire que les Païens peuvent
saire de bonnes avionspuifque Corneille le
Centenier qui était Gentil , efi loué dans les
Atles des Apôtres pour [es aumônes ï
Il est vrai que les aumônes de Corneille,
& ses autres bonnes œuvres , étant saintes
& de la part de l'objet, & du côté de leur
fin , ce seroit une impieté d'en douter a-
pres ce qu'en dit l'Ecriture. Mais il faut
remarquer que ce Gentil vivant avec les
Juifs, ne peut être mis au rang des Infi-
delles : il avoit au moins un commence-
ment de foi en Dieu & au Médiateur ,
quoiqu'il n'en eût pas une connoisîance si
exprede, laquelle lui suffisoit pour le porter
à faire de bonnes œuvres, & pour le met-
tre en état d'avoir quelque part à la grâce
du Sauveur , qui le disposoit à quelque
chose de plus grand , par ces actions de
pieté qu'il lui inipiroit,
Que-
loading ...