Arnauld, Antoine  ; Barcos, Martin de  
Instructions Sur la Grace Selon L'Ecriture Et Les Peres — Köln, 1700 [VD17 16:724239V]

Seite: 159
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arnauld1700/0251
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
SUR LA GIVACE. "1*9:
ne pensêe, comme de nous-mêmes , mais c'eft sufficirarïa
Dieu qui nous rtndcapables. 1 Dioeftî*

11 est vrai que l'Apôtre les regardant
comme grâces de Jésus-Christ en ce lieu,
aussi bien que lorsqu'il dit dans son Epitre
aux Philippiens c 4. TOVT ce qui *y?v.s.Qua-
veritable , tout ce qui ejl pur*, tout ce qui efi £"™^ue
jufiet tout ce qui ejl (aint , soit l'entretien _de (pxcnm.
vos pensées. En cela il parlé félon le 'langa- J™^!"»
ge de la pieté Chrétienne , dâns lequel onquei«^»
prend souvent les bonnes penfées pour tou- JSSaa,"
tes sortes de bons xnouvemens intérieurs, vhxc co^'
comprenant même ceux, du cœur & de la
volonté : mais ce n'esfc pas en.ee sens que
nous en parlons ici, ' nous les considerons
entant qu'elles ne sont que dans Tesprir, 6c
qu'elles sont didinguées des bons desirs qui
se sorment dans la volonté, & pour lors on
ne peut les mettre àu nombre des grâces
de Jésus-Christ , mais seulement lor£
qu'elles touchent le cœur y ce qu'elles sonr,
lorsque Dieu ks accompagne de l'inspira-
tion de son amour. Ce n'est pas que ces
bonnes pensées, telles qu'elles foient , ne
viennent toujours de Dieu, ,& qu'on ne les
doive confiderer comme des Grâces qu'il
nous accorde par une libéralité toute pure:
mais ce font des Grâces qui_ appartiennent
plûtôt à là Loi qu'à l'Evangile, puifqueîcur
effet eft d'initruire, & non pas de conver-
tir.

CHA
loading ...