Arnauld, Antoine  ; Barcos, Martin de  
Instructions Sur la Grace Selon L'Ecriture Et Les Peres — Köln, 1700 [VD17 16:724239V]

Seite: 172
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arnauld1700/0264
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
i7z DOCTRINE DE L'EGLISE

parées de toutes grâces intérieures, elles ns
peuvent faire aucune impression sur la vo-
lonté qui rempêche de les rejetter comme
il lui plaist. Pour les intérieures, ou elles
sont grâces de sesprit , telles que sont les
bonnes pensées Ôc les lumières que Dieu
répand dans l'ame, les révélations, les illu-
minations qu'admettoit Pelage j& celles-là
peuvent être regardées , quant à ce point,
comme étans de même condition que les
Grâces extérieures $ puilque n'agissans pas
sur la volonté non plus qu'elles , elles h
lai sient dans la liberté toute entière de leur
îésister : ou bien ces grâces (ont grâces de
volonté , 6c on peut encore en mettre de
deux sortes j les unes qui sont foibles, sie
les autres qui sont fortes. Pour celles qui
sont faibles , on y reliste , de telle sorte
néant moins, qu'on n'arrête point leur esfet
prochain & immédiat,quoiqu'on empêche
celui qu'elles devroient avoir, si elles trou-
voient un sujet en qui il y eût moins d'ob-
stacles. Etant donc vrai en tous ces sens ,
qu'on resille, même louvent, à la Grâce
[ai r ;b ée intérieure : c'elt une erreur de dire qu'on
l'rsedest." ne lui relîile jamais dans l'état de la nattt-
a* nuiio re corrompue. Mais si ces grâces sont for»
dur©corde tes, elles ont toûjours leur entier & der-
îd'wquip.nïer esset ; & c'est de celles-là dont parle
pecribui- principalement S. Augustin , quand il dit
SriS" que la Grâce, a N'EST rejet tee d'aucun cœur
primitus endurci parce qu'elle eâ donnée, pour oter d'à»
bord la dureté du cœur. V«Hl E-*
loading ...