Arnauld, Antoine  ; Barcos, Martin de  
Instructions Sur la Grace Selon L'Ecriture Et Les Peres — Köln, 1700 [VD17 16:724239V]

Seite: 174
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arnauld1700/0266
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
174 DOCTRINE DE L'EGLISE
produit en nous. C'elt en ce sens que S.
Prosper dit que Dieu donne la volonté mê-
me par laquelle on lui obéit, de telle sorte
néanmoins qu'il n'eue point cette mutabi-
lité par laquelle on peut ne vouloir pas per-
severer : autrement, dit-il, aucun Fidèle
ne perdroit la foi -, aucun ne seroit surmon-
té par la concupiscence ; aucun enfin ne
négligerait la grâce qui lui auroit été une
fois accordée.

CHAPITRE XVI.

De U Grâce fuffisunte.

(Question I.

Outre la Grâce essicace, vom avez, dit qu'il
y en avoit quel'qu'autre qu'on peut appeller fuf*
fisante , marqucz^-nom quelle elle efl , O* ce
qu'on entend par ce mot t

Si on s'anéce aux expressions de S. Au-
gustin, il faut reconnoître qu'il n'y a point
d'autres grâces suffisantes que celles que
Lib. de nous avons appelle efficaces : QV E celui
wTarhir. qui veut le bien $ mais qui ne peut pd* le saire,
e-is- Cache qu'il ne le veut pd$ encore pleinementi
rk^non po- « pne aftn « ovtemr une volonté f sor-

dum s»0*1"u > ^e^e fa* fa§sante sour garder lés precep*
plenè veiie tes i &* tl obtiendra un tel secours qu'il sera ce
& got°Jzîï' V4i lui esi commandé. C'est ce qui a porté les
h»beat Théologiens de la célèbre Académie de
wTuaTa- Louvain de reconnoître que la Grâce suffi-

sante
loading ...