Arnauld, Antoine  ; Barcos, Martin de  
Instructions Sur la Grace Selon L'Ecriture Et Les Peres — Köln, 1700 [VD17 16:724239V]

Seite: 217
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arnauld1700/0309
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
SUR LA GRACE. 217

Quoique Cette indifférence dans l'état de
la nature corrompue, foit comme nous ve-
nons dédire, inséparable de la liberté, aus-
si bien que du mérite & du démérite, néan-
moins elle n'est pas de son efîence; c'en eft
une suite, ou plutôt un défaut qui vient du
peu de fermeté de la volonté dans le bien:
de sorte que 11 cette disposition accompa-
gne toujours la liberté de l'homme tant qu'il
est en cette vie, 6c qu'il ne soit pas en état
de mériter ou de démériter, qu'il ne soit en
même tems dans cette indifférence; ce n'eft
pas qu'elle soit requise à raison de la liberté
ou du mérite considérez en eux-mêmes ;
mais c'est qu'il ne se peut saire qu'elle ne se
trouve dans l'homme, à raison de la muta-
bilité & de la slexibilité où il eft tant qu'il
demeure dans un corps de péché, 6c tant
qu'il a à soûtenir le combat qui se paffe au
milieu de lui-même, de la chair contre l'e-
fprit.

Q^uestion VII.

Faites-nom concevoir comment cette indisfé-
rence ess un défaut & une marque du peu de
fermeté dans la volonté, ou de la liberté dans
le bien?

C'eft qu'à mesure que la volonté fe sor-
tisie 6c s'établit dans le bien, cette indiffé-
rence diminue, quoique la volonté fe per-
fectionne; l'homme n'étant jamais plus li-
bre que rquand il fe porte au bien avec moins

O 5 de
loading ...