Arnauld, Antoine  ; Barcos, Martin de  
Instructions Sur la Grace Selon L'Ecriture Et Les Peres — Köln, 1700 [VD17 16:724239V]

Seite: 225
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arnauld1700/0317
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
SUR LA GRACE. iiy

les actions qui se font par l'ordre de lavo- JJJ^^s*
lonté sont libres & en nôtre puissance, &eit, îiber-
celles qui ne se font pas par ses ordres, ne vofuntaS?
sont pas libres ni en nôtre puislance. est nbenas

L * ubi autemi

noneft li-

CLU E S T I O N XIII, .SnVar

tel Ubi

Que s'enfuit-il de ce principe ? Je°r"aes, ^

Que l'homme n'agiiTant jamais avec plus voiunus.
de joie 6c avec plus de plaiiir, & parcon-
sequent avec plus de volonté que lors que
la Grâce forme en lui la bonne volonté,
que lorfqu'elle fond la dureté de fon cœur
par la douceur de fon amour, que lorlque
par fa force toute-puiflante elle opère en lui
leconfentement, que lorfqu'elle l'incline,
qu'elle le pousse , qu'elle le détermine,
qu'elle le ravit, qu'elle l'emporte, 6c
qu'elle l'aplique à vouloir le bien j jamais
aufïi il n'a une plus véritable &plus entiè-
re liberté. C'eft ce qui fait dire à S. Prof-
per écrivant contre Caffien,f que les fecours Cs1 °?lt«i

11 ]. . « A 1 • lationes j

de la grâce divine (ont les rondemens de divins
la liberté de l'homme} nous prions d'autant J'n^-
plus librement & plus volontairement, que fane vo«
Dieu envoie plus abondamment IbnEsprit1^3^
en nos cœurs qui crient, MonPere, mon
Pere.Ces paroles de vie & d'édification donc
nous nous entretenons, font d'autant plus
volontaires en nous, que ce n'eft. pas nous
qui parlons,mais l'Efprit du Pere. L'amour fuf Ps££

P par
loading ...