Arnauld, Antoine  ; Barcos, Martin de  
Instructions Sur la Grace Selon L'Ecriture Et Les Peres — Köln, 1700 [VD17 16:724239V]

Seite: 381
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arnauld1700/0473
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
SUR L'ORDONNANCE. ?8i
Quand il seroit aussi véritable qu'il cft saux >
que le Livre qu'on veut que Monseigneur
l'Archevêque de Paris condamne,enseigne-
roit quelque hérésie : il ne seroit pas vérita-
ble,quc ce fut une hérésie renaiiTante: puis-
que l'hérésie que sa Grandeur s'imagine voir
renaître, n'a jamais été qu'un phantôme 5
comme on vient de le remarquer: ne s'étant
jamais trouvé personne qui n'ait condamné
le sens Hérétiques des cinq propositions,dés
le moment qu'elles parurent 6c fortirent de
la boutique de ceux qui les avoient forgées.

Si Monfeigneur s'étoit aperçu des maux3
que peut caufer comme elle a déjà caufé, la
saune persuation qu'il y aeuôc qu'il y a en-
core une héréfie Janfenienne : c'eft-à-dire;,
qu'il y a des Théologiens qui ont foutenu,
êc qui soutiennent les cinq propofitions,pri-
ses félon leurs termes & dans le fens Héréti-
que qu'elles r'enferment ; fa confeience & (à
religion ne lui auroient jamais permis de re-
nouvellerôt de fomenter cette illufion , ni
foufert que celui qui a drefle fon Ordon-
nance s'y foit étudié à perfuader que cette
héréfie eft quelque chofe de réel & qui
fubfifte encore. Si fa Grandeur y avoit
fait attention, elleauroit apperçû, i.Que
c'eft aceufer le Pape Clément IX. & ses
fucceffeurs, le Roy même & les Evêques
de France, d'avoir fait une cruelle plaie à,
l'Eglife, lors qu'en lui rendant la paix en
1669. ils ont reçu non feulement dans leur

corn-
loading ...