Arnauld, Antoine  ; Barcos, Martin de  
Instructions Sur la Grace Selon L'Ecriture Et Les Peres — Köln, 1700 [VD17 16:724239V]

Seite: 416
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arnauld1700/0508
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
4ï<J R E M A R Q_U E s

Ouvrages de Saint Auguslin , étoient tombez,
dans l'erreur, méritent d'être répétées en ce
temps, où nôtre Saint Pere le Pape nom ren-
voyé encore à ce même Pere, pour [avoir les
sentimens que [uit VEgli[e Romaine, [elon les
Décrets de ses Prédeccfseurs.

Jansenius & tous ceux qu'on appelle Jart-
senistes ont-ils jamais recommandé plus for-
tement l'autorité de Saint Auguftin ? Et
n'est-ce pas dans ce fort que se retranchent
tous ceux qui jurent pour ainst dire, sur
les paroles de ce Saint Do6teur, saisanc
prosession de n'être que ses diseipies, de
n'enseigner que ce qu'il a enseigné, & de
ne sou tenir que ce qu'il a soutenu touchant
ce grand myftére ? Je n'en rapporteray pas
les paroles, parce qu'il faudroit transcrire
preique tous leurs Ouvrages.

3. L'idée claire que Monfeigneur fe
sorme de la Grâce, & qu'il nous en don-
ne, eft qu'elle confifle principalement dans la
deleBaHe injfiratien de l'amour de D^a.N'eft-
ce pas là la même idée, qu'en ont eu &
que nous en donnent rilluftriffime Evêque
d'Ipre, l'auteur de VExpoÇnion & tous les
Théologiens, qu'on s'efforce de décrier
fous le nom de Janfeniftes?

4. Monfeigneur faifant une divifîon de
la Grâce, nous apprend qu'elle fe parta-
ge en deux branches: qu'il y a une grâce
à laquelle on réfifte affez ou pour mieux
dire, toujours: & qu'il y en a une à la
loading ...