Arnauld, Antoine  ; Barcos, Martin de  
Instructions Sur la Grace Selon L'Ecriture Et Les Peres — Köln, 1700 [VD17 16:724239V]

Seite: 417
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arnauld1700/0509
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
SUR L'ORDONNANCE. 41?
quelle on ne resiste jamais, quoi quelle ne
nous ôte pas le pouvoir de lui refister.

Qnand il plaît, dit Monseigneur, a la
miséricorde de sesus-Chrifl de nom appeller de
cette vocation que Saint Paul appelle : sélon
son propos, c'eft-a-dire, sélon [on décret : les
morts même ( les impies ) ^.entendent sa voix
Cr la suivent. Voilà une Grâce à laquel-
le on ne resifte point & qu'on appelle efsi-
cace. // n'arrive même^ dit aufli Monfei-
gneur , que trop fouvent que nom refilions ac-*
tuellement aux Grâces, que Dieu nom donne.
Voilà des Grâces auxquelles on refifte, &
qu'on appelle inefficaces. N'est-ce pas cette
même divifion de la Grâce, en esficace
& laquelle on fuit toujours ; & en Grâce in-
efficace à laquelle on n'obéît jamais, que
Janfenius, l'Auteur de FExpofition, 6c tous
les prétendus Janfeniftes ont toujours faite
&enfeignée, lors qu'ils reconnohTent, a-
vec leur Maître S-Auguftin, qu'il y a des
Grâces même intérieures, qui ne donnent
que de petits desirs & de soibles volontez
défaire le bien, 6c qui demeurent fans ef-
set: 6c qu'ily en a d'autres, qui sont tou-
jours faire le bien qu'elles sont délirer 6C
vouloir? Si Monseigneur s'étoit donné le
loifir & la peine de lire leurs ouvrages, ou
du moins celui qu'il vient de condamner,
il y auroit trouvé cette distinction de Gla-
ces si claire, qu'il auroit reconnu qu'ils
n'enseignent pas plus que lui l'hérésie de

Dd h
loading ...