Arnauld, Antoine  ; Barcos, Martin de  
Instructions Sur la Grace Selon L'Ecriture Et Les Peres — Köln, 1700 [VD17 16:724239V]

Seite: 431
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arnauld1700/0523
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
SUR L'ORDONNANCE. 4,r
de ceux qui prennent les choses à la rigueur.

Monseigneur , dira-t-on , s'eft asséz
expliqué, 6c il a fait assez connoître qu'il
n'a jamais eudesîeinde donner la moindre
atteinte à la doctrine de la Prédeflination
gratuite & de la Grâce efficace, qu'il enfei-
gne lui-même & qu'il veut que l'on suive
comme celle de l'Eglisej ni même de re-
jetter comme desqueilionsinutiles, celles
qui en sont les principes ou les suites. Mais
tout son dessein en condamnant l'Expojî-
ùon de la soi, 6c en tout ce qu'il dit du ve-
nin du dogme de Jansenius de Fhérésie
des cinq propositions, a été de découvrir Se
de condamner Verreur de ceux qui ont abusé
de la dostrine de la Grâce, en tirant de sort
essicace des consequences outrées : en quoy sa
Grandeur fait consister le Janfenifme &
cette héréfie.

On eft trop perfuadé de la Catholicité
de Monfeigneur, pour penser qu'il ait eu
d'autre dessein. Mais on ne peut s'em-
pêcher de le plaindre, voyant ou qu'il n'a
pas été aflez pénétrant pour appercevoir
le piège qu'on lui a tendu, ou que l'apperce-
vant, il n'a pas eu assez de force pour n'y
pas donner. On ne peut qu'on ne gemif-
fe de voir un grand Prélat furpris & trom-
pé par une illufion groffiere, dont on a
fait connoître tant de fois la fausseté & l'im-
pofture. Qui n'auroit pitié de Monfei-
gneur, & qui ne verroit qu'il a été terri-
ble-
loading ...