Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: V
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0005
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
facsimile
PRÉFACE.

On m'a demandé parfois si les Italiens ne voyaient pas avec quelque dépit tant
de belles œuvres d'art sortir de leurs frontières, et si l'on n'usait pas trop peu
discrètement de la permission qu'accorde le gouvernement royal d'exporter tous les
objets sur lesquels il n'a pas expressément réservé ses droits.

En toute conscience et très franchement, je répondrai que l'Italie est si abon-
damment pourvue de richesses artistiques qu'elle pourrait renoncer encore à beaucoup
d'entre elles sans avoir lieu de se croire appauvrie. On sait de reste que d'un bout à
l'autre de ce beau pays les monuments se pressent en foule: le voyageur, le lettré,
qui parcourent les musées et visitent les collections ne font que les effleurer; l'homme
d'étude le plus curieux et le plus passionné aurait peine lui-même à les connaître tous.
Combien sont ignorés même de l'indigène établi à demeure dans le pays! Et combien
d'autres,' encore cachés sous le sol, en sortiront peu-à-peu, à mesure que se multi-
plieront les explorations méthodiques, pour aller grossir le trésor national!

En vérité, les objets d'art passés d'Italie à l'étranger ne sont que miettes
tombées de la table du riche.

C'est donc sans nulle crainte d'indisposer mes amis d'Italie et de me rendre
suspect à leurs yeux que j'autorise aujourd'hui la publication de la Glyptothèque Ny-
Carlsberg.

Bien au contraire, j'espère que la connaissance des monuments antiques qui com-
posent ma collection — monuments qui, du reste, n'ont été qu'en petit nombre acquis
directement en Italie — fortifiera encore, s'il est possible, l'amour que ressent tout
homme cultivé pour la contrée bienheureuse qui les a produits, — terre vraiment
sainte, qui sera pour tous ceux qui aiment et qui cherchent le beau le lieu d'un
éternel pèlerinage!

Cari Jacobsen.
loading ...