Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 4
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0012
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
facsimile
PLANCHE 4.

A. Fragment d'un bas-relief funéraire de style laconien.

Marbre blanc d'un grain fin (selon Furtwângler, marbre gris-bleu de Laconie). Hauteur o,m38;
épaisseur o,moa. L'extrémité du nez et les boutons des seins sont restaurés. Le revers du relief est
dégrossi sommairement. Les lignes tracées sur le bras droit de la femme debout, d'autres lignes semblables
sur le canthare, un 0 dans le champ du relief, devant le bras gauche de la femme debout, sont des
additions modernes. Ce monument a été acquis par M. Furtwângler dans la Laconie méridionale, sur la
côte du Magne; il a passé ensuite dans la collection du comte Tyszkiewicz.

Ce qui subsiste du bas-relief permet de reconstituer le sujet dans son ensemble. A droite
se trouve assis le défunt héroïsé, tenant de la main droite un canthare; en face de lui, sa
femme est debout et verse dans le canthare une libation, au moyen d'une oinochoé; de la main
gauche, elle attire au-dessus de son épaule le pan de son vêtement; ses cheveux sont ceints d'une
bandelette, dont les deux bouts retombent et flottent sur son dos. — La plaque est surmontée
d'un fronton; dans le tympan pouvaient être peints autrefois quelques ornements ou une inscription.

Ce relief est sorti d'un atelier laconien; il date de la période où l'art indigène commençait
à se ressentir des influences ioniennes venues de l'Orient. Tandis que le dessin des contours,
encore un peu sec et anguleux, rappelle des œuvres plus anciennes, la grâce de l'attitude et
le travail délicat des draperies témoignent de l'action qu'exerçaient sur la sculpture Spartiate les
œuvres d'origine asiatique, probablement importées par Bathyklès. En conséquence, nous attri-
buerons volontiers notre monument soit à la fin du VIe siècle, soit au début du Ve, soit même
à une époque un peu plus moderne: on sait en effet que les vieilles traditions persistaient et se
maintenaient dans les écoles du Péloponnèse plus longtemps qu'en d'autres pays, comme le
montrent le relief votif de Polystrata d'Argos (aujourd'hui à Berlin) (1) et le bas-relief
représentant une femme et son enfant, qui se trouve à Argos dans une collection particulière (2).
Si nous inclinons à proposer de préférence une date plutôt récente, c'est, d'une part, que notre
relief est orné d'un fronton; c'est, en outre, que la femme est représentée debout, en face de
son époux, au lieu qu'elle est toujours assise dans les reliefs Spartiates de l'époque franchement
archaïque.

Catalogue No. 1024. Publié par M. Furtwângler dans les Athen. Mitt. d. Inst. VIII, 1883, pi. 16,
p. 364 s. — Le même, Meisterzverke, p. 719, et note 5. — Deneken, Rosckers myth. Lexikon s. v. Héros, col. 2567.

(1) Selon Kirchhoff, cet ouvrage remonterait aux dernières années de la guerre du Péloponnèse (voir Studien zur Gesdiichte des
griechischen Alphabets, 4e éd., p. 100).

(2) Cf. Ath. Mitth. 1879, p. 157, n° 4.
loading ...