Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 10
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0018
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Fig .

Fig. 2

Bien que notre statue provienne de Rome, il faut sans aucun doute voir en elle un original de
facture grecque. Le travail n'en est ni très fin ni très poussé. Ce qui distingue l'exécution, c'est
plutôt une grande fermeté qui va presque jusqu'à la dureté. Toutes les particularités du style
indiquent que cette œuvre doit prendre place dans un groupe de monuments, dont la Stéropé
d'Olympie (fronton oriental) forme en quelque sorte le centre. La Stéropé mise à part, ces
monuments sont, à ma connaissance, les suivants: i. la statue de la Villa Borghèse (Helbig II,
931 = = Brunn-Bruckmann, pi. 261); 2. la statue du Musée Boncompagni-Ltidovisi (Schreiber
29 Helbig II, 883 = Brunn-Bruckmann, pi. 357); 3. un torse de femme dans la cour du
Palais Acquasparta, derrière l'église S. Agostino, à Rome (Schreiber. ibid; le monument n'est
pas mentionné par Matz-Duhn, et je ne l'ai pas vu personnellement); 4. la statue d'Athéna,
récemment découverte à Rome, et placée au Musée national (inédite (1); citée en dernier lieu
par Furtwàngler, Meisterwerkc, p. 27, et par le même auteur dans la Festschrift fur Brunn,
p. 81); 5. la statue de Nike, au Palais des Conservateurs (Helbig I, 589 = Brunn-Bruckmann.
pi. 263). Les figures mentionnées ci-après, qui ne sont point des œuvres originales et dont

(1) Elle sera publiée dans les Dtnkmàler de Brunn-Bruckmann.
loading ...