Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 21
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0029
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
facsimile
Fig. 6.

Fig. 7.

représentant Zeus debout. Pour Héphaistos il suffira de citer Thermos du Musée Chiaramonti,
a peine plus moderne, et dont Brunn [Griech. Gotterideale, p. 16 et suiv.) a déterminé, avec une
'"comparable sagacité, le caractère original. Mentionnons encore, pour nous dispenser de tout
autre rapprochement, la statue d'Apollon, à Kassel, avec ses répliques, notamment l'Apollon
Barracco(i), si beau et si parlant, et dont les traits, malgré l'archaïsme des formes, expriment
avec tant de force la hauteur méprisante et l'inflexible sévérité du dieu qui se venge (2).

Il n'en est pas tout-à-fait de même des deux autres têtes, qui, à en juger par le style,
sont antérieures de trente ou quarante ans aux précédentes, et remontent sans doute au commen-
cement du cinquième siècle. A ce moment, l'art n'avait assurément pas encore secoué les entraves
ou l'emprisonnait le schématisme des types, et les moyens lui manquaient pour exprimer des
émotions intimes, comme celles dont nous avons constaté la présence chez Hermès. Aurions-nous
donc affaire à des œuvres archaïsantes? J'estime qu'il faut ici se garder avec soin d'un jugement
hâtif. D'ordinaire on désigne sous le nom de sculptures «archaïsantes» les productions d'un art,
qui, de propos délibéré, reprend des procédés et s'inspire de modèles tombés, depuis des siècles,
en désuétude. Les œuvres de cette sorte se reconnaissent d'habitude à des particularités qui, archaï-
ques en apparence, sont étrangères en réalité au véritable archaïsme. Or il n'y a trace de rien de
pareil dans nos deux têtes. Pendant longtemps — peut-être pendant des siècles — on paraît avoir
continué, à Athènes, de sculpter des têtes barbues d'Hermès conformes au vieux type primitif.
Je croirais volontiers que notre Hermès est une œuvre tardive de cette catégorie: l'influence d'une
époque récente s'y révèle dans l'animation expressive du visage, comme aussi peut-être dans un détail
de facture, l'allongement de la paupière supérieure. Au surplus, je n'oserais pas assigner à cette
œuvre une date précise. Remarquons seulement qu'elle est analogue au monument reproduit plus
om [Fig. 8 et 9], à savoir Thermes d'un personnage barbu, conservé au Musée National d'Athènes(3).
ncore tout-à-fait archaïque par l'arrangement des cheveux et la haute attache des oreilles, celui-ci
trahit surtout la date moderne de son exécution par la mollesse avec laquelle sont rendus les yeux.

(1) Collection Barracœ, pi. XXXIV et XXXIVa; Furtwângler, Meisterwerke, p. 377, Fig- 53-

(2) Cf. Furtwângler, o. c. r, ?,fi

376. .^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^_

, VVa las M3i Phot. Inst. N. M. 302 et 303. Marbre pentélique; provient du Firée, qui est aussi le lieu d'origine présumé

des têtes des pi. XI et XII- 1 1 .

", ae la même grandeur que les hermès Jacobsen.

21
loading ...