Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 23
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0031
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
PLANCHE 16.

Tête juvénile.

Hauteur: 0,25 m. Marbre blanc. L'extrémité du nez est restaurée. Provient de Rome.

H existe un nombre considérable de tètes apparentées de près à celle-ci. J'ai dressé la

s e de celles qui m'étaient connues dans l'ouvrage intitulé: Arndt-Amelung, Einzelverkauf,

425 428(1); mais je dois dire qu'on ne saurait trouver parmi elles une réplique exacte de

e e Jacobsen. Les morceaux qui lui ressemblent le plus sont les deux têtes de la Stanza dei

S0Jl, au Capitole, mais elle s'en distingue encore en ce qu'elle ne porte, au-dessus du front,

qUe deux rangées de boucles frisées.

Nous ne sommes pas encore parvenus à marquer à cette série de têtes sa place exacte dans
istoire de la plastique. Nous ignorons même de quelle sorte étaient les statues auxquelles elles
appartenaient. Il est probable toutefois que celles-ci représentaient des personnages du sexe
masculin, car la chevelure serrée en paquet et retroussée sur la nuque à l'aide d'un ruban
>emble, à l'époque archaïque, convenir plus particulièrement aux hommes, bien qu'il s'en trouve
aussi quelques exemples dans des figures féminines (2). Ici, nous voyons, de plus, que sur les
tempes, en avant des oreilles, les longues boucles sont relevées et traversées par le diadème,
tandis que derrière l'oreille, de chaque côté, une boucle tombe sur l'épaule et qu'au-dessus du
iront les cheveux sont élégamment disposés en deux séries de petites torsades. C'est là un genre
de coiffure qui nous ramène, pour la date de l'original d'où dérive cette tête, au début du
cinquième siècle. Par contre, les traits du visage présentent dans le détail (voir notamment la
région des yeux et celle de la bouche) des bouffissures et des mollesses qui sont étrangères
aux œuvres véritablement archaïques et qui, notons-le, se retrouvent dans les autres sculptures
de la même série. La faute en est-elle aux copistes, ou ce type de tête est il dû à l'invention
d'un artiste archaïsant, mélangeant et fondant ensemble des traits de facture propres à des
époques diverses? C'est ce que nous ne sommes guère en état de discerner. — L'exécution de
1 exemplaire Jacobsen est très soignée. Il n'est plus possible de reconnaître si la tête provient
dune statue ou d'un hermès.

Barr . Catal°gue n» 1076. Cité dans Arndt-Amelung, Einzelverkauf, n°s 427 et 428. Cf. Helbig, Collection
co, texte de la pi. LXXXII = XXXI bis. Furtwangler, Statuenkopieen im Altertum. I, p. 537-

.lace il faut '^ '" ^"^ National d'Athènes (Kavvadias n° 65 ; Phot. Moraïtis), qui figure dans cette liste, doit en être rayée; à sa

""e!-' entr^TT10 ^ ^ mentionnée Plus ha,lt A^ le texte de la planche XVII. A en juger par le dessin, qu'on en donne, on pourrait
a même série la tête juvénile du double hermès de Londres: Ancient marbles in the British Muséum II, pi. i,-
(a) Votr Collignon, «,,. A la Sadpt gmq^ ^ p ^
loading ...