Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 26
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0034
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
PLANCHE 18.

Base triangulaire.

Hauteur: 0,915 m. Marbre blanc, probablement pentélique. Trouvée en Campanie, vraisemblablement
aux environs de Naples. La face supérieure est piquée; il ne subsiste nul vestige de l'objet qui y était posé.

On ne saurait reconnaître aujourd'hui quelle sorte d'objet cette base était destinée à
porter. Il n'est pas vraisemblable que ce fût un trépied: dans ce cas, en effet, les faces
latérales offriraient une courbe rentrante ou bien leurs angles seraient abattus, et de plus la face
supérieure présenterait quelque trace de scellement (1). La base ne semble pas davantage avoir
servi de support à un candélabre, comme c'est le cas pour le célèbre monument de Dresde (2),

car la face supérieure aurait alors été travaillée
différemment. Rien d'ailleurs n'empêche absolument
d'admettre que cette face ait été recouverte d'une
plaque de revêtement qui ne nous aura pas été
conservée (3); les traces laissées sur cette plat pie
auraient pu, le cas échéant, nous renseigner sur la
destination primitive de la base.

Chacune des trois faces est ornée d'un per-
sonnage figuré debout. — Zeus, drapé dans
l'himation, couronné du diadème, la chevelure
soigneusement peignée, tient de la main gauche
le sceptre et tend la droite en avant; sur le
pouce de cette main est posé l'aigle, de pro-
portions minuscules. — Poséidon, vêtu également
de l'himation, une couronne dans les cheveux,
le trident à la main droite, des sandales aux
pieds, s'avance d'un pas rapide. — Un guerrier
armé de toutes pièces, tenant à la main droite sa lance dont la pointe est abaissée, la main
gauche appuyée au flanc, penche vers le sol sa tête casquée; un bouclier gît à ses pieds.

Le fait que cette figure accompagne celles de Zeus et de Poséidon nous inviterait à lui
appliquer le nom d'Ares, si on ne la retrouvait sur d'autres monuments où elle représente
très certainement un simple guerrier. Je veux parler ici de toute une série de bas-reliefs, qui ne
diffèrent entre eux que par le détail (4) et dont voici l'énumération:

i° Louvre. Frohner, Notice de la sculpture antique etc., n° 486. (Voir à cet endroit la
bibliographie, à laquelle il faut ajouter: Benndorf, Bas Cultusbild der Athena Nike, p. 39.)

Fig. 10.

(1 Cf. I'.mil Keisch, Griech. Weihgeschenke, p. 90 suiv, et p. 99 suiv.

(2) Brunn-Bruckmann PI, 150.

(3) Reisch p. 97.

(4) Cf. Jahn. Archiiol. Bcitrâge, p. 210, noie 29 et Weleker, Allé Denkmclltr, II, p. 135, 599-
loading ...