Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 43
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0051
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
générale de celui-ci, l'artiste suit aussi des modèles antérieurs: nous songeons d'abord à

lOinomaos du fronton oriental du temple de Zeus à Olympie (i), et à une intéressante statue virile

à peu près contemporaine, surmontée actuellement d'une tête de Trajan rapportée, qui est placée

dans le jardin privé de la villa Borghèse (2). Le motif de la chlaina recouvrant les deux épaules

avait évidemment quelque vogue au temps où furent sculptées ces figures. De même, le motif de la

pose nous rappelle des œuvres plus anciennes: l'Oinomaos déjà cité et la statue en bronze d'Apollon

citharède de Naples (3), bien inférieurs d'ailleurs l'un et l'autre à l'Anakréon dans le détail de la

musculature. Parmi les œuvres contemporaines on peut mentionner, outre quelques figures de la

frise du Parthénon (4), le Diadumène Farnèse de Londres (5), qui s'en distingue pourtant par un

détail: l'indication du poil pubien sur le bas-ventre même, sans en être séparé par le pli inguinal.

Ajoutons aussi la statue d'Héraklès qui se trouve dans le jardin du palais Borghèse (6). Ces

comparaisons nous permettent d'entrevoir de mieux en mieux la physionomie du maître inconnu

qui nous devons l'Anakréon: c'est un artiste qui, par bien des côtés, s'inspire encore de la

tradition, mais qui pourtant n'est pas insensible à l'influence d'une époque nouvelle; on reconnaît

sa fine intelligence artistique dans une innovation, hardie pour ce temps-là (dont l'initiative ne peut,

fi est vrai, lui être attribuée avec une certitude entière), à savoir le mouvement qui incline la tête

de la statue vers la jambe dégagée (Spielbein) (7). Ce port de la tête donne à la figure un

mouvement et un rythme jusqu'alors inconnus; il nous donne cette impression, que le poète

prête l'oreille aux sons de son instrument et de sa voix.

Le style de la tête justifie la place que nous venons d'assigner à l'œuvre considérée dans
son ensemble. Nous ne saurions, il est vrai, dans cette étude, prendre pour point de départ la
tête de la statue Jacobsen. L'Anakréon original, comme l'ont montré Kekulé (8) et Furtwângler (9),
était selon toute vraisemblance en bronze; or le copiste (10), qui a exécuté l'exemplaire de Copen-
hague, fit subir systématiquement au modèle tous les changements qu'entraînait l'emploi de la
matière nouvelle dont il se servait. Nous ne l'en estimerons certainement pas moins pour cela.
H abandonna la facture sévère et quasi-mathématique, propre aux œuvres de bronze du 5me siècle,
Pour adopter les formes plus adoucies et plus molles qui conviennent mieux au marbre (11).
Naturellement, cette transposition est peu sensible dans le corps; mais elle est fort apparente
ans la tête. Pour savoir jusqu'à quel point nous pouvons juger du style de l'original d'après
copie Jacobsen, il importe donc de tenir compte des autres répliques de cette tête. Celles
château de Glienecke près de Berlin (12) et du Musée du Louvre (13), indiquées toutes deux
comme mal conservées, ne me sont pas directement connues; je ne connais pas non plus le dessin,
' Par Kekulé, qu'Heemskerck a exécuté d'après une réplique aujourd'hui disparue (14); l'exem-

(1) Brunn-Bruckmann, pi. 447.

(2) Photographie de l'Ecole allemande de Rome, „o 220.

(3) Cf. plus haut) fig j6

(4) Par exemple MichaeUg % m y> xn ^^

(5) Brunn-Bruckmann, pi. 271.

(6) Arnd'-Amelung, Einzelverkauf 485.

(7) Voir plus haut le texte de la pi. 21-24.

(8) Jahrbuch d. I„st. ,892, p. ,2i.

(9) MàsUrwtrke, p. 92, note 3.

date ni la^ Sel°n Kekulé (Johrbuchd. Inst. 1892, p. 123), il aurait vécu vers la fin du dernier siècle avant J. C. Je n'ose ni accepter cette
-ontredire. J'incline seulement, étant donnée la perfection de l'œuvre, à la faire remonter à une époque relativement ancienne.

t.v. a ,, DeS exemPles analogues d'altérations voulues du style se présentent en assez grand nombre. Comparez Arndt-Amelung,
texte de \ Einzelverkauf, 20/212.

(12) Kekulé /. c., p. 12G.

(»3) No I946. Furtwângler, Meisterwerke, p. 92, note 1.

(14) La tête publié par Lafrerius et déclarée d'abord semblable à la nôtre (Kekulé /. c, note 6), n'en est pas une réplique (Jahrbuch
***. ank.AnzH^, 1893, p. 7S) note ,).

43 f>*
loading ...