Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 57
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0065
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
à cell H î' sommes pas encore en état, à mon sens, de suivre jusqu'à une époque antérieure
distin • ^ ^e Jacobsen et jusqu'à ses origines cette branche originale de l'art, qui se

dével nettement des écoles contemporaines. On est bien tenté d'unir l'apogée de son

d'ab ri r> fU n°m ^'Un S™^ artiste novateur, et comme tel celui de Paionios se présente tout
ja q v a ui ou à un artiste très voisin, appartenant comme lui à cette école du nord de

ivent être attribuées l'exécution de la statue de Jacobsen et l'invention même du type.

in,• . . s tacons, nous avons dans cette statue une des oeuvres les plus intéressantes pour

1 Histoire de l'art

p , . ' 1ue cornpte la Glyptothèque ; elle semble même avoir acquis, à une époque

et . valeur d un modèle. Un type d'Apollon, qui nous a été conservé dans deux répliques (i)

q0 i a hn du Ve siècle environ, n'est rien autre que la reproduction de la statue de

Helb' ( \ anS *ormes d'un art plus libre. Les deux types sont mêmes si semblables, que

a esprit que l'exemplaire de Copenhague n'était qu'une réplique de celui du Vatican.

Catalogue n° I056.

(0 Vatican, Sala délie Muse W (Helbig 262) et Berlin 50.
\2) tukrtr 262.

57
loading ...