Arndt, Paul   [Hrsg.]
La Glyptothèque Ny-Carlsberg: les monuments antiques (Texte) — München, 1912

Seite: 62
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/arndt1912text/0070
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
facsimile
nous posséderions dans le moulage de Copenhague le premier type statuaire certain de ce groupe
(car la tête du «Pollux» de Paris ne se rapporte pas non plus d'une façon indubitable à la statue).
Peut-être nos reproductions permettront-elles de découvrir l'original du moulage en question.

Catalogue 1029 c!

Fragment de tète virile.

Acquise à Rome. Hauteur o, igm. Marbre blanc. La partie inférieure du nez est moderne.

Ce qui rend intéressant ce petit fragment — Furtwàngler l'a reconnu indépendamment de
moi — c'est sa grande analogie avec la tête de la statue de Diomède à Munich (1), qu'on attribue
avec vraisemblance à Krésilas. Cependant il n'en est pas une réplique. Les contours de la
chevelure sur le front dégarni, le modelé énergique du front lui-même (d'ailleurs peu visible
sur la phototypie), la forme de la barbe, le dessin de la bouche, sont communs aux deux
œuvres. Dans le fragment de Copenhague, les paupières supérieures s'abaissent encore plus
pesamment sur l'œil que dans l'exemplaire de Munich, ce qui le rapproche de l'Athéné de Velletri au
Louvre, que Furtwàngler attribue également à Krésilas. Le pli profond qui se creuse au milieu de la
lèvre supérieure rapelle d'autre part la tête de Bologne (2), dans laquelle on voit une réplique
de l'Athéna Lemnienne de Phidias; l'original de bronze a déjà probablement présenté ce détail.
Par contre, l'indication de la rangée supérieure des dents doit être attribuée au copiste (3), qui
est d'ailleurs très habile. Je ne connais point de réplique de ce type.

Catalogue 1096. Furtwàngler, Meisterwerke, p. 746.

(1) Brunn-Bruckmann pi. 128; Furtwàngler, Meisterwerke, pi. XII—XIV.

(2) Cf. Furtwàngler, Meisterwerke, p. 30, qui cite comme présentant aussi cette particularité une tête juvénile du 4>"' siècle, de la
collection Barracco. M. Furtwàngler ne donnant pas de références, je ne sais de quelle tête il s'agit.

(3) Cf. Herrmann, Athen. Mitt. 1891, p. 322, note I ; Arndt-Amelung, Eintelverkttuf 252/253.

62
loading ...